Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°029
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°029


LA CHANCE AUX CHANSONS

LE HAMAC ET LE LUTIN

Mis à jour le :15 janvier 2006. Auteur : Will et Pierre Etbunk.


HÉ ! REVOILOU NOTRE COLLÈGUE RIT, l’hommeorchestre avé l’accent made in garrigue et son nouvel opus de chansons en français Sans tambour ni trompette (udcmATwanadoo.fr). Plutôt souple et tranquille le bonhomme ? À la première écoute peut-être, mais quand on s’attarde un peu sur ses propos, on réalise que le gars s’interroge grave sur la déliquescence de ce système et nous envoie quelques vérités direct dans les tripes. Comme dans l’excellent « Où va se monde », question qu’on aurait intérêt à se poser même si la réponse tombe d’elle même : droit dans le mur. La galette s’agrémente de petites comptines au tempo réglé sur le balancement d’un hamac, mais qui s’avèrent des brûlots incandescents contre l’orientation générale du tout-profit qui jette la condition humaine au caniveau, mais rassurez-vous, on trouvera aussi des chansons au contenu apparemment plus léger. L’impression globale n’est pas indigne du célèbre moustachu de Sète. Plutôt discret lui aussi, notre ami joue seul en concert, entouré d’une ribambelle de pédales d’effets et d’un décor champêtre. En cas de bordel, il vous incitera peut-être à fermer vos gueules mais c’est pour que vous imprimiez correctement ses salutaires paroles. Rit, c’est le défricheur de mauvaises herbes qu’il nous faut. Sans trop de bruit ni de fureur, mais bien plus efficace que ces gueulards de salon qui usent de prose révolutionnaire tout en chialant de ne pouvoir signer sur une major.

Will


LUTIN BLEU. Qu’est-ce que c’est encore que ça ? Un CD de chants de Noël ? Le nom d’une chorale de jeunes sarkozystes ? Mais non, rien de tout ça. Bien loin de promouvoir un quelconque sauveur suprême, qu’il soit petit et teigneux ou débonnaire à barbe blanche, Lutin bleu fait partie de ces groupes qui utilisent la musique pour nous faire marrer. Difficile en effet de classer ce trio survolté au son plutôt rock qui n’hésite pas à passer du mambo au punk ou du raï à l’électro d’un morceau à l’autre. En dix ans d’existence, le Lutin bleu a produit six albums et a sévi un nombre de fois incalculable sur scène. L’année 2005 a vu deux nouvelles sorties live : un DVD (malheureusement pas vu et temporairement épuisé) et un CD regroupant 21 titres, dont les meilleurs du groupe. Les fantaisies loufoques (« Sur la D66 »,« La spéléo » ) y cohabitent en bonne entente avec des textes beaucoup plus venimeux (« Inshalala », « Ernest-Antoine »). Les sceptiques peuvent dès à présent aller faire une virée dans le repère du cyberlutin (www.lutinbleu.com) histoire de télécharger à l’oeil une demi-douzaine de morceaux avant, subjugués, de commander les albums. Mais il paraît que ces farceurs gavés de talent sont encore meilleurs en concert que sur un bout de plastique rond. Ça tombe bien, leur site Internet annonce aussi leurs prochains passages sur scène. Comme quoi la vie c’est pas si dégueulasse.

Pierre Etbunk

Article publié dans le n° 29 de CQFD, décembre 2005.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |