Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°009
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°009


Hétéros fachos ?

Entre nous

Mis à jour le :15 février 2004. Auteur : Claude et Dominique.


Au fond, tout le monde est d’accord. C’est devenu l’argument tarte-à-la-crème de l’inépuisable débat sur le port du voile. Que l’on retrouve aussi bien chez les gauchos bien-pensants que chez les pires réacs de droite : « La République ne doit pas tomber dans les pièges du communautarisme. » Chirac l’a dit le 30 janvier à l’Elysée, et des tas de gens très bien l’ont ressassé, dans la presse, dans les J.T… Les communautés sont insultables à loisir. En plein débat sur le Pacs, Guy Tessier, député DL des Bouches-du-Rhône, déclarait sur les bancs de l’Assemblée : « Le PACS a été inventé par un député gay pour satisfaire les revendications du lobby homosexuel et honorer une promesse électorale prise devant la communauté gay. » Quelques années plus tard, c’est Valeurs actuelles qui accusera le maire de Paris de mener une politique communautariste… L’expression « piège du communautarisme » est désormais utilisée comme allant de soi, définissant un danger connu de tous et qui ferait l’unanimité contre lui. Employé à toutes les mauvaises sauces péjoratives (personne n’a idée de se revendiquer communautariste), il semble signifier, ad libitum : aliénation de l’individu à une communauté forcément productrice de contraintes normatives, émergence de revendications des minorités au détriment du bien commun, décisions politiques soumises à des luttes d’influences… On la connaît bien cette peur ancienne et franchouillarde. Elle resurgit dès qu’un groupe stigmatisé ose clamer haut et fort qu’il veut être entendu. Soit parce qu’il s’oppose à une loi qu’il estime injustifiée et qui menace sa liberté. Soit parce qu’il revendique l’amélioration de ses conditions d’existence. En 1998, Bourdieu écrivait très justement : « Les homosexuels sont, de fait, des citoyens de seconde zone. Alors, quand on vient brandir la menace du “communautarisme” pour rejeter leurs revendications, j’ai du mal à voir autre chose qu’une mauvaise foi certaine, issue d’un fond catholique, souvent inconscient et mal assumé, qui autorise une forme de discrimination. » Personne ne songerait d’ailleurs à traiter de communautariste une loi destinée à l’amélioration des conditions de vie des handicapés. Sans doute parce qu’il y a des communautés plus acceptables que d’autres.

En fait, la rhétorique souvent hypocrite des contempteurs du communautarisme masque mal leur crainte de perdre leur propre pouvoir. Comment prétendre à des droits lorsqu’on n’est pas reconnu comme individu ? Comment lutter contre un universalisme blanc, classe moyenne, catho, macho et libéral générateur de discriminations ? Certainement pas en priant tous les soirs que la République, bonne mère, pense un peu à nous… Les gays eux-mêmes ne se privent pas pour en rajouter. « Hors ghetto », se décrivent-ils quand ils publient une petite annonce dans un journal… communautaire ! Frédéric Martel, auteur d’une histoire des mouvements homosexuels, est même allé jusqu’à s’inquiéter d’un « certain repli identitaire » en évoquant notamment « l’apparition des drapeaux gays (Rainbow Flags) aux devantures des bars. » Mais, rassurant, il ajoutait : « Personne ne peut sérieusement craindre en France que les gays quittent la République, transforment le Marais en État-Sodome, versent dans le séparatisme ou battent monnaie. » Ouf… Le discours ambiant tend à diaboliser tous les mouvements de pensée alternatifs. Il faut relire le programme du T.G.P (« le Terrorisme Gouine et Pédé »), groupuscule inventé par Hervé Brizon dans La Vie rêvée de Sainte Tapiole : une « carte de séjour pour nos amants maghrébins » et des bombes « pour lutter contre la mondialisation de l’hétérosexualité et le libéralisme fasciste des gays ». Que du bonheur…

Claude et Dominique

Publié dans le n°9 de CQFD, février 2004.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |