Accueil
Sommaire du N°030
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°030



LES BRÈVES DU N°30

Mis à jour le :16 janvier 2006. .


Arnaque (suite)

Suite à notre article du mois dernier traitant de l’arnaque des chiffres du chômage, des lecteurs nous ont fait part de leur ébahissement à la lecture du nombre de chômedus radiés par l’ANPE en octobre, le chiffre leur paraissant trop extravagant pour être honnête. Or, vérification faite auprès du ministère de l’Emploi, il y a bel et bien eu 188 709 radiations en octobre… et 201 065 en novembre ! A contrario, on a enregistré 105 708 reprises d’emploi en octobre et 97 544 en novembre. Bref, un chômeur sur deux sort des statistiques parce qu’il a été radié, un sur quatre parce qu’il a retrouvé un emploi… En novembre, on a compté aussi 393 752 nouveaux inscrits à l’ANPE. « La baisse du chômage se poursuit pas à pas », peut donc se réjouir Le Figaro, pendant que le ministre Borloo certifie sans se faire claquer le bec qu’« il n’y a pas [eu] plus de radiations » en novembre qu’en octobre. Gare à vos chicots ! On est gouverné et informé par des arracheurs de dents.

Pipi d’art

En 1993, il avait pissé dans la « fontaine-urinoir » de Marcel Duchamp exposée au carré d’art de Nîmes. Il avait été condamné à une amende de 45 122 euros et à un mois de prison avec sursis. Le 4 janvier, Pierre Pinoncelli a remis ça en s’attaquant à coups de marteau à cette même fontaine exposée à Beaubourg dans le cadre de l’expo Dada. « Duchamp avait transformé un objet ordinaire en œuvre d’art, je transforme une œuvre d’art en objet ordinaire », déclarait-il. La direction de Beaubourg a porté plainte et Axa Global Risk est prêt à bondir pour demander des réparations financières pour les dégradations portées contre cette « œuvre » dont l’original a disparu depuis 1916. On redoute qu’un vent de panique ne souffle chez les manutentionnaires des sociétés Villeroy et Boch, Allia et Grohe, leaders mondiaux de l’urinoir. Sans parler de la corporation en voie d’extinction des dames-pipi.

Vivement la retraite

L’émeute et l’incendie ne sont le passe-temps que d’une minorité de la jeunesse. La plupart des djeun’s sont des vieux cons comme tout le monde. C’est du moins ce que prétend un sondage réalisé par le quotidien économique La Tribune (24/11/05), selon lequel la retraite constitue « une préoccupation » pour 63 % d’un panel de cinq cents jeunes de 20 à 25 ans. « 75 % de ces derniers estimant qu’il leur faut épargner dès maintenant pour espérer avoir un niveau de retraite suffisant. » Dans le même ordre d’idée, « 68 % affirment en avoir une bonne image du monde de l’entreprise ». Une jeunesse décrite comme « individualiste, inquiète, lucide ». Ce que le sondage ne dit pas, c’est le pourcentage qui a déjà souscrit à une convention obsèques Norwich-Union.

Karcher

Le 27 décembre, la police égyptienne a fait un massacre parmi les demandeurs d’asile soudanais qui campaient au Caire. Bilan de « l’évacuation » : entre vingt-sept morts (officiellement) et cent cinquante (officieusement), dont surtout des enfants, des femmes et des vieillards. Selon l’avocat Achraf Milad, cité par Le Monde (07/01/06), le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) des Nations unies aurait sa part dans la boucherie : « En refusant de prendre en compte les demandes des réfugiés et en déclarant qu’il n’était pas responsable des Soudanais illégaux, le HCR a donné le feu vert à une intervention de la police égyptienne, qui n’hésite jamais à faire un usage excessif de la force. » Ce que l’avocat ne précise pas, c’est pourquoi le HCR les abandonne à leur sort. Simple : parce qu’il sait qu’il n’y a d’asile nulle part pour un Soudanais, ni en Égypte ni en Europe.

Loft story

Ce n’est pas une blague : dès mars prochain, grâce à des millions de caméras de surveillance, le moindre trajet du moindre véhicule britannique sera observé, enregistré et stocké. Les données de 35 millions de véhicules, leurs déplacements et leurs horaires seront mis en mémoire pour au moins deux ans dans une base de données reliée à l’ordinateur central de la police. Il sera ainsi possible de vérifier à la seconde si la voiture est volée, en règle, assurée, et si son conducteur se cure le nez au volant.

Publié dans CQFD n°30, janvier 2006.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |