Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°030
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°030



L’ANPE RADIE MÊME SON LOGICIEL

Mis à jour le :15 janvier 2006. Auteur : Léa Sedik.


Déjà habile à faire disparaître le sans-emploi, l’ANPE vient de réussir un coup de maître : passer à la trappe un méga-logiciel sur lequel elle s’arrachait les cheveux depuis huit ans en dilapidant plus de vingt millions d’euros. L’agence tente aujourd’hui d’enterrer à la sauvette ce fiasco baptisé « mission Géode ». Avec consigne de ne pas en parler à la presse. Plus que quiconque,les recalculés, radiés et privés de PARE de gâteau sec devraient apprécier ce superbe tour d’escamotage. L’affaire remonte à 1997, quand l’ANPE décide de créer son propre programme de gestion des demandeurs d’emploi. Jusque-là, elle utilisait le logiciel payant de l’Unedic, baptisé Aladin. Priée de se montrer rentable et concurrentielle, l’agence décide de s’affranchir de la tutelle de sa collègue. La madone des chômeurs se lance alors dans la conception d’un logiciel autonome, baptisé Géode, susceptible de faire la nique à l’Unedic.

Mais très vite, tout part en sucette. Recrutée par appel d’offre, l’entreprise Atos, conceptrice du joujou, s’avère d’une rare incompétence : non seulement elle omet d’anticiper l’arrivée d’Internet, mais il lui faudra sept longues années d’efforts pour accoucher d’une usine à gaz tout droit sortie des forges soviétiques. Une simple copie d’écran, qui jusque-là nécessitait deux petits clics, devient un sport de l’extrême : « 1/ ouvrir Word 2/ réduire la fenêtre 3/ aller sur Géode sur la page à imprimer 4/ appuyer sur la touche imp. écran 5/ réduire la fenêtre géode 6/ revenir sur Word 7/ faire insertion 8/ fichier 9/ imprimer 10/ ok »… Dans le Limousin et en Poitou-Charentes, où l’ANPE teste son boulier à chômeurs, le succès est énorme : pétages de plombs, déprimes, blocages, grèves… Huit agents sur dix bidouillent pour zapper l’application. En ricanant, l’Unedic saute sur l’occasion pour savonner la planche à sa rivale. Pas question de laisser filer à la concurrence la maîtrise du dossier unique du demandeur d’emploi. Du coup elle s’accroche à ses fichiers et accroît le potentiel de son Aladin.

Prévue courant 2005, la généralisation de Géode reste dans les starters. L’agence, qui espère encore sauver son fonds de sauce, tente alors de solder la débâcle par un opportun départ à la retraite de son promoteur, le directeur Michel Bernard, et parle pudiquement de pause. Une pause définitive, reconnaît-on à mots couverts. Car l’affaire se révèle plus calamiteuse encore que Socrate, du nom de ce fameux logiciel somptueusement planté par la SNCF.

Selon un responsable, pas moins de 22,8 millions d’euros auraient été engloutis dans cette farce à dindons. À quoi s’ajoute le coût des journées de formation des agents de l’ANPE et des organismes partenaires. « Le risque est grave de voir les médias s’emparer de cette affaire et de la décrire comme un scandale financier », prévient en juin 2005 un « ancien » de la mission Géode dans le journal du syndicat national de l’ANPE. C’était pas mal vu. En pleine karchérisation du chômeur tire-au-flanc, l’annonce risquait en effet de jeter un froid. D’autant que 2,4 millions d’euros venaient tout juste d’être claqués dans le nouveau (et très moche) logo de l’ANPE. Consigne a donc été donnée d’oublier l’incident et de croiser les doigts en espérant que l’affaire ne s’ébruite pas. Dommage : pour les chômeurs, cette édifiante histoire d’innovation, de dynamisme et de libre concurrence aurait pu constituer un facteur supplémentaire de motivation.

Article publié dans le n° 30 de CQFD, janvier 2006.

Lire également les articles LE CONTRÔLEUR CONTRÔLÉ et ANTHOLOGIE DU FLICAGE DES CHÔMEURS parus dans le même numéro.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |