Accueil
Sommaire du N°032
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°032



LE PRINTEMPS EST LÀ

Mis à jour le :15 mars 2006. .


Prévert et Vigo doivent se retourner dans leurs tombes : la chasse à l’enfant est rouverte. Prisons pour mineurs, détection des comportements rebelles dès la maternelle, mise au ban des jeunes de banlieue, travail de nuit autorisé pour les moins de 15 ans, apprentissage à 14, CPE… Les child molesters les plus dangereux ne sont ni à Outreau, ni cachés derrière des réseaux de cyber-pédophiles. Ils se pavanent au gouvernement, au Parlement, au Medef. Alors qu’ils cultivent le terreau de la désocialisation et de la haine en installant le cadre légal de la guerre économique de tous contre tous…, alors qu’ils traitent les jeunes au mieux en matériel humain et en cœur de cible de la pub, au pire en erreurs comptables et en ennemis…, les sales doigts des législateurs prétendent se poser sur la tête des gosses dès la plus tendre enfance. À croire qu’ils s’amusent à tester jusqu’où ils peuvent aller trop loin, histoire de vérifier que le corps social est bel et bien mort. L’expertise pondue par l’Inserm sur la prévention de la délinquance, qui préconise le dépistage du « trouble des conduites » chez l’enfant de trente-six mois, viendrait-elle trop tard ? La pub et les play-stations n’auraient-elles pas définitivement réussi à mouler dans la normopathie les troubles et l’effervescence de la jeunesse ? Le 25 février, la Coordination nationale étudiante et lycéenne réunie à Toulouse lance, aux côtés du « Non au CPE », un Oui à « l’amnistie des personnes poursuivies suite à la révolte des quartiers populaires en novembre 2005 ». Des jeunes promis à la précarité soutenant d’autres jeunes déjà plongés dans la précarité, voilà qui relève de la pure pathologie !

Aussi, quelle lenteur dans l’avancée du progrès ! Car si les « traits de caractère tels que la froideur affective, la tendance à la manipulation, le cynisme, l’indice bas de moralité » - contre lesquels les auxiliaires de police de l’Inserm réclament une intervention précoce - avaient pu être détectés dès leurs premiers vagissements chez les prédateurs sociaux qui dirigent les affaires du monde, la face de l’humanité en aurait été agréablement changée. À moins qu’un eugénisme incurable ne les pousse à ne tolérer aucune concurrence… Comme dit Annie Le Brun dans son beau bouquin, Du trop de réalité [1] : « Avec le naturel des saisons qui reviennent, chaque matin des enfants se glissent entre leurs rêves. La réalité qui les attend, ils savent encore la replier comme un mouchoir. Rien ne leur est moins lointain que le ciel dans les flaques d’eau. Alors, pourquoi n’y aurait-il plus d’adolescents assez sauvages pour refuser d’instinct le sinistre avenir qu’on leur prépare ? Pourquoi n’y aurait-il plus de jeunes gens assez passionnés pour déserter les perspectives balisées qu’on veut leur faire prendre pour la vie ? Pourquoi n’y aurait-il plus d’êtres assez déterminés pour s’opposer par tous les moyens au système de crétinisation dans lequel l’époque puise sa force consensuelle ? »

Publié dans CQFD n°32, mars 2006.


[1] Stock, 2000.





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |