Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°032
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°032



SANCTUAIRE DE DÉSERTEURS

Mis à jour le :15 mars 2006. Auteur : Nicolas Arraitz.


La forêt Lacandone a toujours été un refuge pour la vie sauvage et aussi pour les rebelles. Avant l’arrivée des Espagnols, les paysans mayas lassés de trimer pour les élites des villes-États de Palenque ou Bonampak se repliaient parfois vers la jungle pour y renouer des liens plus égalitaires. Les guerriers lacandons y confortèrent leur résistance à l’avancée des conquistadores. Ceux qui fuyaient l’esclavage des reducciones - ces concentrations d’Indiens soumis par la soldatesque et exploités par les ordres religieux - venaient y rejoindre les hommes libres. Oubliés par la réforme agraire de la révolution de 1910, traqués par les éleveurs et les exploitants de bois précieux, indigènes et métis appauvris s’enfoncèrent au coeur de la forêt. Dans un environnement hostile, ces groupes humains fondèrent leur existence sur des relations sociales serrées, solidaires, et sur une activité visant l’autosuffisance, si ce n’est l’autarcie. C’est sur cette réalité que l’insurrection zapatiste s’est appuyée et a grandi, pour la protéger de la rapine mondialisée. La revendication d’autonomie indigène se nourrit de ces expériences et veut les renforcer en les ouvrant sur l’extérieur et en tissant des relations de complicité avec les réfractaires du reste du pays et du monde. Les communautés zapatistes se dotent de conseils de bonne gouvernance, construisent des cliniques, des écoles, des salles de fête et de réunion… Certaines exportent du café biologique vers l’Europe. Dans un monde où la dépossession se globalise, l’exemple est à coup sûr subversif. Que prétend alors leur apporter le paternalisme occidental avec son concept de « tourisme communautaire » ? Un peu de sa misère existentielle ? Les Indiens le savent d’expérience : derrière le missionnaire, pointe la silhouette du soldat.

Article publié dans le n° 32 de CQFD, mars 2006.

Lire également OFFENSIVE TOURISTIQUE SUR LE CHIAPAS et ANTHOLOGIE DE LA COLONISATION DURABLE parus dans le même numéro.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |