Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°033
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°033



CASSER LES « CASSEURS »

Mis à jour le :15 avril 2006. Auteur : Anatole Istria.


Ce qui ne s’arrête pas, malgré le retrait du CPE, c’est la marche inexorable des rangers. On ne peut pas dire que les forces de l’ordre aient chômé vu le nombre d’interpellations à tour de bras, au pif ou au faciès. La plupart des organisations (Attac, Sud, AC !) dénoncent des arrestations arbitraires ou des violences sur les leurs. Ainsi, le 5 avril lors d’occupation de rails à Bordeaux, Annick, une militante d’AC ! de 55 ans, « a été piétinée à dessein par un policier, occasionnant une ITT de trente jours ». Les « bisous et les câlins » ingénument réclamés par les manifestants ce jour-là se sont soldés par des coups de tonfa, des clefs de bras, des menottes ultra-serrées, des insultes et des nuits en garde à vue, comme en a fait l’expérience Max, un lycéen bordelais (L’Humanité,le 10 avril). Dans les commissariats, mineurs ou pas, les interpellés ont droit à un relevé d’empreintes digitales et un fichage anthropométrique systématiques. Souvent jugés en comparution immédiate, les inculpés écopent facilement de peines de plusieurs mois, sans compter les centaines d’heures de TIG, les milliers d’euros d’amende et les privations de droits civiques.

Le 29 mars 2006, le toujours très zélé Éric Raoult a réclamé devant l’Assemblée nationale le rétablissement de la loi anti-casseurs de 1970 : quiconque participerait à une occupation ou une manif durant laquelle se commettraient des violences ou des dégradations serait passible d’une peine de six mois à un an de prison. Dans les faits, les flics procèdent déjà à des interpellations par anticipation lors d’attroupements spontanés et à des blocages de manifestants. Les accusations d’outrage et de rébellion permettent de faire tomber pour un rien. Il suffit d’avoir dit « condé » devant un condé ou crier qu’on a mal quand on vous tord le bras. Le 10 avril, le ministère annonçait plus de cinq mille arrestations depuis le début du mouvement, avec des pics de huit cents et six cents lors des deux grosses manifs unitaires. Faire du chiffre et des fiches, c’est bien ce préconisait le rapport de l’Inserm sur les troubles de conduite chez les jeunes, non ?

Article publié dans CQFD n° 33, avril 2006.






>Réagir<

CASSER LES « CASSEURS »
| 11 octobre 2006 |
Et que fait Anatole Istria ??????????.
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |