Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°033
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°033


À L’ARRACH’

UN CPE POUR L’ARMÉE

Mis à jour le :15 avril 2006. Auteur : Georges Broussaille.


Le CPE est mort ? Pas du tout : le « Contrat de partenariat de l’État » (CPE) qui hâte la privatisation des services publics se porte à merveille. Créés par une ordonnance de juin 2004, ces contrats « permettent de confier à des opérateurs privés et sur de longues périodes le financement, l’exploitation ou la maintenance d’infrastructures ou d’équipements nécessaires aux services publics.  » Ainsi qu’aux sévices publics, puisqu’en février dernier le ministère de la Défense lançait un appel d’offres pour son premier CPE. La Grande Muette cherche une entreprise capable de lui fournir 22 000 heures de vol pour son école de pilotes d’hélicoptère de Dax, les appareils restant tout de même « sa propriété pendant la durée du contrat estimé à vingt ans », peut-on lire sur le site Internet de la Maison Kakie. Eurocopter, filiale de l’ogre EADS, est bien placé pour arracher le morceau. Ce CPE s’inscrit dans le cadre de la Stratégie ministérielle de réforme (SMR), qui doit permettre à l’armée de faire des économies, aux entreprises de faire des bénéfs et aux militaires de se concentrer sur le coeur de leur métier. C’est pourquoi l’externalisation ne concerne que des tâches subalternes comme la logistique ou la formation. Les soldats français peuvent se rassurer : on ne touchera pas aux aspects les plus nobles de leur vocation. Pas question par exemple de sous-traiter la torture comme aux États-Unis.

Article publié dans CQFD n° 33, avril 2006.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |