Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°033
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°033


MA CABANE PAS AU CANADA

VALEUR DE L’USAGE

Mis à jour le :15 avril 2006. Auteur : François Maliet, Grite Lammane.

Quand Lionel et moi arrivons, sonnés par une heure et demie de route, Pascal est en train de tronçonner une bûche devant la maison. Anne pointe son minois radieux au carreau : elle devait être devant son ordinateur, à bidouiller des images. Comme leurs sourires sont beaux dans le soleil du printemps !

On imagine facilement que la maison était pittoresque en d’autres temps… Mais la normalisation irrationnelle des cinquante dernières années a fait un carnage : la pierre est recouverte de ciment, les ouvertures ont été réduites, une terrasse en béton a chassé les traditionnelles plates-bandes qui ont été déplacées et plantées de rosiers sans charme. La maison est restée fermée depuis la mort des grands-parents, il y a plusieurs années. Depuis plus d’un an qu’Anne et Pascal viennent ici, les abords de la maison ont sensiblement évolué : sur la terrasse, un châssis accueille les semis, des rideaux à pois sont apparus à la fenêtre, les rosiers sont envahis de fraisiers et d’aromates, l’appentis s’est rempli de bois de chauffage. Sur l’arrière de la maison, la cour accueille la cabane en bois des toilettes sèches et la « douche d’été » (l’hiver, c’est à l’intérieur qu’on se lave, dans une grande bassine). Le potager renaît, après des dizaines d’années d’abandon. La terre est encore bonne.

Je n’étais pas venue depuis plusieurs mois. Cet endroit s’est transformé en un îlot de présent paisible, sans prétention ni projection dans l’avenir, le sort de la maison étant entre les mains de la famille de Pascal, en difficulté financière. Cela n’a pas empêché les lieux de tomber sous le charme de ses occupants : l’intérieur qui était sombre, humide et étouffé par le mobilier est devenu blanc et lumineux. Une cloison est tombée, la plupart des meubles ont disparu. Un poêle à bois trône maintenant dans la chambre-bureau où ronronnent des ordinateurs dernier cri reliés à l’Internet. Faudrait voir à ne pas les cataloguer néobabs, Anne et Pascal.

Certes, ils « décroissent », d’un certain point de vue : « Au bout d’une semaine, la poubelle n’est toujours pas pleine, s’extasie Pascal. Les déchets organiques vont au compost et aux bêtes, le carton et le papier au feu, on achète presque tout sans emballage… Et on vit pour moins cher qu’en ville, ça compense presque la dépense en essence. » « En ce moment, renchérit Anne, une salade de roquette du jardin et des oeufs de nos poules, hop ! Voilà un dîner » Tous les deux en choeur : « On n’a pas les voisins au-dessus, en-dessous, on n’entend pas tout le monde embaucher le lundi matin. Au contraire, pas loin, il y a un marché le lundi alors qu’en ville, c’est le samedi, un jour où les gens ne travaillent pas… Le lundi devient un genre de samedi. Ça réduit considérablement le sentiment de culpabilité d’être au RMI !  » En ce qui concerne la puissance et la joie, leur taux de croissance annuel doit avoisiner les 200 %. Ils jouissent de l’espace et du temps comme ils l’entendent. Pascal passe ses journées à écrire ses chansons et à les mettre en musique [1]. Anne est photographe, dessinatrice, danseuse, jardinière aux doigts vert fluo, et graphiste pour gagner quelques sous… [2]

(À suivre)

Grite Lammane


Ma cabane en Sarthe

Ils sont sept erroristes sarthois armés de yourtes, vaches jersiaises, chèvres et savoir-faire : qui du pain, qui du fromage, qui du maraîchage avec la Jacotte attelée à la charrue. Après un rodage de deux ans dans une ferme, ils sont en passe d’acquérir quelques hectares. Pour discuter avec eux d’autonomie, d’agriculture, d’auto-construction : Collectif agricole, Maison Neuve, 72 320 Lamnay 02 43 71 66 74

F.M.

Article publié dans CQFD n° 33, avril 2006.


[1] Album à découvrir (en vente à prix libre).

[2] http://anne.gieysse.free.fr, à voir !





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |