Accueil
afficher une version imprimable de cet article  Imprimer l'article
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme
Les articles sur le thème : Exils et expulsions




Articles

Sévice des étrangers

"La France qui se lève tôt n’a pas de carte nationale d’identité : c’est le constat qui s’impose quand on arrive à la préfecture de Bobigny, un jeudi à sept heures du matin. Pour la centaine de personnes qui ont déjà pris place dans les deux files « étrangers », la journée commence bien, entre attente, indifférence et petites mesquineries. Reportage.
I LES BUREAUX de la préfecture de Bobigny (Seine-Saint- Denis) ouvrent à neuf heures, la plupart des usagers (…) "[...]
Par par Najate Zouggari. Article paru le vendredi 12 novembre 2010

ROMS À RANGER

"Nomadisme, mendicité agressive, rumeurs diverses sur ces Tziganes voleurs de poules, de ferraille et d’enfants… Depuis cet été, les Roms sont en première ligne du discours sécuritaire : tellement en marge et si idéalement visibles. Reportage à Marseille.
xpulsés le 28 juillet des squats dans lesquels ils s’entassaient à La Blancarde, à Marseille, une vingtaine de Roms, de cinq mois à 70 ans, se retrouvent dehors, Porte d’Aix. Même si quelques passants leur (…) "[...]
Par par Cécile Février. Article paru le vendredi 8 octobre 2010

ENFERMÉ DEHORS

"Matoub, la quarantaine, vit en France depuis une dizaine d’années. Il bosse au black, encaisse son salaire sous un nom d’emprunt, sous-loue son logement. Il s’est mitonné une vie discrète pour se faufiler entre les rafles. À la terrasse d’un bar, il se raconte sans crainte à CQFD. En forme de monologue."[...]
Par par Gilles Lucas. Article paru le jeudi 24 juin 2010

L’IMPOSSIBILITÉ D’UNE ÎLE

"LES 55 ÎLES composant l’archipel des Chagos dans l’Océan Indien ne sont que les miettes de ce que fut le glorieux Empire britannique. Aujourd’hui, sa majesté loue aux États-Unis la plus grosse de ces miettes, l’île de Diego Garcia,transformée en base aérienne stratégique au début des années soixante-dix. Pour faire place nette aux GI’s, les quelques 2000 Chagossiens qui y vivaient furent expulsés manumilitari, depuis ils désespèrent de retrouver leur paradis (…)"[...]
Par par Georges Broussaille. Article paru le jeudi 24 juin 2010

PARIS-NICE À PIED POUR LES SANS-PAPIERS

"LES 31 MAI ET 1ER JUIN prochains aura lieu à Nice le cinquantième sommet franco-africain. Bizarrement, les sans-papiers de France, majoritairement issus des anciennes colonies, n’y sont point conviés, bien qu’ils soient plutôt à la fête ces tempsci : arrestations,expulsions, descentes de police sur les piquets de grève…
C’est pourquoi les collectifs réunis au Ministère de la Régularisation de tous les sans-papiers ont décidé de s’inviter.Et pour montrer leur (…) "[...]
Par par Anne-Leïla Ollivier. Article paru le lundi 14 juin 2010

CAMP DE RIVESALTES : 70 ANS D’ENFERMEMENT

"ENTRE SALSES ET RIVESALTES, au pied du Canigou, la tramontane transforme chaque été la garrigue en un désert mongol, froid et violemment ensoleillé. Certains ont choisi d’appeler ce lieu le “Sahara du Midi”. » Construit en 1935 à quelques kilomètres au nord de Perpignan, le camp Joffre de Rivesaltes devait servir de centre d’instruction militaire réservé aux troupes coloniales,mais rapidement l’endroit va être recyclé en camp d’internement pour parquer ces (…)"[...]
Par par Sébastien Navarro. Article paru le mercredi 21 avril 2010

BLACK SPARTACUS

"Prisonniers de la fatalité et de la peur de voir leurs proches exposés à des représailles, les habitants de Rosarno acceptent comme un phénomène naturel la main-mise mafieuse sur la société locale. Le 8 janvier 2010, des immigrés sans papiers, isolés, maltraités, menacés, ont brisé la loi du silence. La police italienne les a aussitôt envoyés en centre de rétention.
N BOURG AGRICOLE PERDU entre mer et plantations d’agrumes,dans la plaine de Gioia Tauro. Avec ces 15 000 habitants, (…) "[...]
Par par Nicolas Arraitz, Andrea Bottalico. Article paru le mardi 23 mars 2010

SI TU ES DUBLIN, TU N’ES RIEN

"Tout le monde ne peut pas être Sharif Hassanzadeh, jeune Afghan arrivé en France clandestinement en 2006, devenu depuis champion de boxe française et à qui Besson avait délivré les honneurs d’un titre de séjour en mars 2009 par un tonitruant « Bienvenue Sharif ! ». La tendance générale est aux charters pour Kaboul, à l’arasement de « jungles », à l’enfermement dans les centres de rétention, à l’application du règlement Dublin II ou à l’indifférence pure… Rencontre avec de jeunes Afghans à Marseille."[...]
Par par Anatole Istria. Article paru le mardi 23 mars 2010

SALMA ET SALIMA

"CQFD a rencontré Salma, une jeune Auvergnate sans papiers que recherchait la police. Sa sœur jumelle, expulsée au Maroc par le filandreux préfet d’Auvergne, a pu, le 7 mars, revenir en France munie d’un nouveau visa.Voyage au pays du chiffre et de l’absurde administratif."[...]
Par par Christophe Goby. Article paru le mardi 16 mars 2010

FANTASMES À L’ANCIENNE

"

Il est de notoriété publique que les Roms sont, au mieux, de fieffés voleurs. Pour s’en débarrasser en toute légalité, il suffirait donc de lâcher à leurs trousses, et de concert, police nationale et presse locale. Mais, à Dijon, l’enquête à charge a lamentablement fait flop…

CES GENS à la culture pourtant millénaire sont, en notre siècle, organisés en une véritable société parallèle, gérée par des “patrons”qui organisent des “tours de manche”, frappent ceux qui ne rapportent pas assez, apprennent aux plus jeunes le vol et la ruse, esclavagisent leur peuple à l’échelle d’un continent, et s’enrichissent de la misère des leurs », prétend Gilles Dupont, un pissecopie à la pointe du journalisme d’investigation, dans le quotidien de Côte d’Or Le Bien public du 21 janvier dernier. « Ces gens », ce sont les Roms qui, si l’on en croit ces allégations de concierge, sont organisés en une véritable mafia à coup sûr tentaculaire. Dans l’édition du 8 février, le piètre Albert Londres sauce moutarde insiste : « Chacun sait que ces ressortissants roumains ne sont pas de simples itinérants arrivés au hasard de leur exode à Dijon.

"[...]
Par par François Maliet. Article paru le mardi 16 mars 2010

MONTREUIL CACHE-MISÈRE

"Pour sa 25e édition, le Salon du livre de la jeunesse a une fois encore fait la fierté de la ville de Montreuil. Du 25 au 30 novembre, quelque 150 000 visiteurs ont rencontré les professionnels du livre – éditeurs, auteurs, illustrateurs, bibliothécaires, imprimeurs… Temps fort dans la vie de cette cité populaire de l’Est parisien, le Salon l’est plus encore pour les gros éditeurs, qui tendent à déserter le Salon du livre de Paris. Montreuil présente un double avantage : la location d’un stand est nettement moins onéreuse et le public dépense beaucoup, l’édition jeunesse et la bande dessinée étant actuellement les deux secteurs les plus rentables de l’industrie. Alors Montreuil s’est faite belle pour accueillir l’opulente population parisienne. Mais… Mais… Depuis plusieurs mois, une trentaine de Roms, âgés de 3 à 73 ans, avaient élu domicile dans la friche industrielle faisant face à la halle Marcel-Dufriche, qui accueille le Salon."[...]
Par par Nicolas Norrito. Article paru le lundi 21 décembre 2009

FIERTÉ SANS PAPIERS

"C’est un morceau de carton de couleur bleue, qui dit : « Carte de gréviste ». Depuis le 12 octobre, date à laquelle plusieurs milliers de travailleurs sans papiers sont allés à la grève, principalement en région parisienne, ce bristol du pauvre fait office de carte d’identité. Marquée d’un numéro, elle est délivrée par la CGT, qui en conserve un double afin de pouvoir authentifier, dit-elle, la qualité de gréviste du porteur. À côté du nom de la boîte dans laquelle bosse (…)"[...]
Par par Gilles Lucas. Article paru le mercredi 16 décembre 2009

EUROMED DÉBARQUE AHMED

"Un modeste épicier du Panier vient de sortir du périmètre d’Euroméditerranée. Fin de vingt ans d’une vie commune avec les habitants d’un quartier, à deux pas de la place de Lenche. Rencontre à Marseille avec Ahmed, expulsé.
CETTE SEMAINE, C’EST LA DERNIÈRE ! », commence Ahmed, entre deux commandes à préparer. Et puis c’est le ballet des clients et amis qui défilent dans sa boutique, rue de l’Évêché. Une Asiatique lève les bras au ciel en évoquant les (…) "[...]
Par par Christophe Goby. Article paru le jeudi 19 novembre 2009

LES VOIES IMPÉNÉTRABLES DE LA CIVILISATION

"Calais, 22 septembre : démantèlement de « la jungle » annoncé par Monsieur Immigration- Désintégration. Quand notre correspondante arrive, ce n’est déjà plus qu’un terrain vague où trois bulldozers finissent d’arracher arbres, bâches et autres affaires humaines. « Pour rendre le terrain à son état naturel », selon Besson…
OMME SI TOUT BOSQUET était à l’origine un parking… « Ils ont détruit la mosquée, l’épicerie », me souffle une militante vue à la télé (…) "[...]
Par par Kali Basa. Article paru le mercredi 18 novembre 2009

MAKAN ET LE TABOU MODERNE

"Après ses galères de clandestin transsaharien, Makan expérimente à présent les misères du demandeur d’asile et les pratiques mafieuses de certains compatriotes. Ou comment les féodalités africaines viennent servir les mutations « modernes » du marché capitaliste.
[ ; ] I, IL Y A DEUX ANS, on avait dit à Makan qu’il finirait quasi esclave dans le sous-sol parisien, il aurait crié au conte à dormir debout. Et pourtant… Ce Malien est arrivé en France en septembre 2008, après (…) "[...]
Par par Caroline Robert. Article paru le dimanche 16 août 2009

SEREINE BARBARIE

"Dans une annexe du tribunal de grande instance de Marseille blottie à l’ombre du centre de rétention administrative (CRA), des sans-papiers défilent devant une « juge des libertés » à l’aise dans ses bottes. Reportage au cœur d’une justice routinière.
EPUIS L’ANGLE DE CETTE PIÈCE d’une cinquantaine de mètres carrés qui fait office de tribunal de grande instance, juste à côté du centre de rétention administrative du Canet à Marseille, le grand flic (…) "[...]
Par par Gilles Lucas. Article paru le jeudi 23 juillet 2009

LA CIMADE EXPULSÉE

"Pour pouvoir reconduire les sans-papiers aux frontières en toute tranquillité et bonne conscience, il fallait se débarrasser des témoins indiscrets. Un appel d’offres a été lancé et bientôt, dans les centres de rétention, les sans-pap’ ne seront plus qu’un quota à gérer…
A NOUVELLE DISTRIBUTION DES CARTES dans l’aide aux retenus a été délibérément faite pour pousser la Cimade vers la porte », affirme Jackie, intervenante de la Cimade depuis neuf ans, qui tente (…) "[...]
Par par Gilles Lucas. Article paru le vendredi 15 mai 2009

L’ODYSSÉE DE MAMOUDOU (SUITE)

"Après avoir galéré à travers toute la région sahélienne, Mamoudou rejoint Ceuta, enclave espagnole au nord du Maroc. Là, il va participer à un des plus retentissants assauts collectifs que la « forteresse Europe » ait connus ces dernières années… Récit.
ENTRE LA LIBYE ET L’ITALIE, ça coinçait. La région était tellement fliquée que si on te voyait te balader à proximité de la mer, on te jetait direct en prison. Avec Boubacar, un Guinéen de Boké, on voulait traverser l’Algérie (…) "[...]
Par par Nicolas Arraitz. Article paru le vendredi 15 mai 2009

LE SOLEIL ? OCCUPÉ !

"Le 17 mars 2009, soit neuf mois après l’incendie qui a ravagé un tiers du marché du Soleil, les commerçants, fatigués d’attendre un relogement, ont occupé la partie restée intacte. Depuis, malgré la pression policière et le mépris des politiques, ils nettoient et remettent en état dans l’idée de rouvrir les lieux au public. Chronique d’un acte d’autodéfense collective.
ANS UN GRINCEMENT DE TÔLE à vous peler les dents, le rideau de fer du marché du Soleil a (…) "[...]
Par par Nicolas Arraitz. Article paru le jeudi 16 avril 2009

PASDEPETITSPROFITS.COM

"Un cabinet d’avocats parisien fait son beurre en prodiguant ses conseils à des sans-papiers via un site Internet avec paiement en ligne. Une belle idée qui pourrait faire des petits et qui, selon son propriétaire, n’a rien à voir avec du « commerce ».
PAS BESOIN de s’emmerder à recevoir des loqueteux du tiers-monde à l’hygiène douteuse, surtout quand on donne aussi dans le droit des affaires et qu’on est installé dans la très chic avenue Kléber, à Paris. Depuis (…) "[...]
Par par Antoine Fontana. Article paru le jeudi 16 avril 2009

CLOAQUE À SANS-PAP

"Monsieur M. hurle sur son fils depuis le fond de son plumard déglingué. « Où ils sont mes papiers ? C’est toi qui les as pris, je le sais, tu es un menteur ! », fulmine l’ancien. Quand enfin il remet la main sur ses documents officiels – banque, sécu, retraite –, preuves écrites de son histoire, il s’excuse : « Je m’énerve, mais vous avez vu notre situation ? »
Annick, de l’association Article 13, avait prévenu : « J’en ai vu des squats, mais (…) "[...]
Par par François Maliet. Article paru le jeudi 16 avril 2009

QUAI DE LA GARE

"Paris, XIIIe arrondissement. Un micro se balade autour du Quai de la Gare et assiste à la démolition annoncée de cette dernière enclave populaire avalée dans un processus de gentrification.
ANS CE QUI SUBSISTE ENCORE de cet « îlot d’humanité », pris en étau entre les quais de Seine, la gare d’Austerlitz, la grande bibliothèque François-Mitterrand et un quartier d’affaires en béton, verre et acier, on va anonymement à la rencontre d’employés de bureau et (…) "[...]
Par par Anatole Istria. Article paru le lundi 16 mars 2009

MAMOUDOU L’ULYSSE NOIR

"Si Ulysse renaissait aujourd’hui, on l’imagine moins réincarné en sportif ultra-sponsorisé du Paris-Dakar qu’en saute-frontières dépourvu de visa et de Traveller’s chèques. Voici l’histoire de Mamoudou, jeune Africain dont le périple entre la Guinée et l’Andalousie aura duré plus de trois ans…
J‘AI DÉCIDÉ DE SORTIR parce que j’avais envie de chercher “le plus”. En Guinée, il n’y a pas de travail et si tu n’as pas (…) "[...]
Par par Nicolas Arraitz. Article paru le lundi 16 mars 2009

BESSON SE PAIE EMMAÜS

"ardi 17 février, Hamid Belkhir, compagnon d’Emmaüs à La Pointe-Rouge (Marseille), est interpellé alors qu’il circule à vélo. Sans papiers, il est interné en centre de rétention. Le lendemain, Kamel Fassatoui, responsable de l’accueil à la communauté, est convoqué à la police aux frontières. Placé en garde à vue, il est obligé d’accompagner quatre agents pour une perquisition durant laquelle seront photocopiés tous les dossiers de compagnons ayant des patronymes à (…)"[...]
Par par Nicolas Arraitz. Article paru le lundi 16 mars 2009

L’INTIME RÉTENTION

"Record battu à Petite Terre. Le centre de rétention administrative – CRA pour les intimes – a été « fréquenté » par plus de 16 000 clandestins en 2008. Car c’est à Mayotte que le ministère des Expulsions fait le plus gros de son chiffre. En oubliant ceci : ces « clandestins » sont ici chez eux.
E 13 FÉVRIER, ils étaient 251 à s’entasser dans un bâtiment habilité à n’en accueillir que 60 : 120 hommes, 65 femmes, 3 gardés à vue et 63 mineurs, parmi lesquels 17 (…) "[...]
Par par Rémi Carayol. Article paru le lundi 16 mars 2009

DE BRUXELLES… À VINCENNES

"DE BRUXELLES…
Bruxelles, samedi 31 janvier, gare du Midi. Entre les tours vitrées et les snacks turcs, chiens de faïence de la réhabilitation urbaine, un bus attend, affrété par les comités bruxellois et liégeois de soutien aux inculpés de Tarnac. On s’installe. Les plus déconneurs au fond, comme de juste. Les heures de route jusqu’à Paris sont mises à profit pour organiser le groupe et éviter les infiltrations de « civils ». Lieu de ralliement en cas de dispersion (…) "[...]
Par par Gilles Lucas, Sébastien Dubost, caroline Cazaux. Article paru le mercredi 18 février 2009

ASILE : VA, VIS ET… TA GUEULE !

"Allen Yero Embalo regarde stoïquement le titre de séjour qu’il vient de sortir de son portefeuille. La veille, il a reçu ce bout de carton qui authentifie son statut de réfugié politique. Dix ans de tranquillité pour ce journaliste qui a dénoncé les liens entre militaires et narcotrafiquants en Guinée Bissau. Maintenant, il ne risque plus de se faire trouer à chaque carrefour, il a droit au RMI et peut-être à un HLM. Alors, heureux ? Lissant avec méticulosité les côtes de son pantalon (…)"[...]
Par par Constance Le Bihan. Article paru le samedi 15 novembre 2008

SAISONNIERS : HORTEFEUX JETTE L’ÉPONGE

"En 2007, lassés d’être réduits à l’esclavage dans les serres, les saisonniers étrangers des Bouches-du-Rhône ont engagé un bras de fer avec la préfecture en exigeant la délivrance d’une carte de séjour stable et permanente. L’administration vient de céder. Récit d’une victoire à l’arraché.
DEPUIS DES LUSTRES, avec la complicité des pouvoirs publics, les saisonniers étrangers comblent les besoins en main-d’oeuvre permanente des producteurs de fruits (…) "[...]
Par par Hervé Gouyer. Article paru le samedi 15 novembre 2008

CRISE DE CONFIANCE

"La CGT n’apprécie guère les initiatives individuelles venant de la base. Sans doute un héritage de son passé stalinien. Les membres de la Coordination Sans-Papiers 75 en ont amèrement fait les frais depuis le mois d’avril dernier.
UE CHARLOT À PARIS, les affiches sur les murs de la Bourse du travail occupée commencent à s’effriter. Ces jours-ci, des rumeurs d’expulsion courent à nouveau. Des hommes sont postés à l’entrée, mais le visiteur connu entre d’un simple (…) "[...]
Par par Anne-Leïla Ollivier. Article paru le mercredi 15 octobre 2008

RÉTENTION : DU CHIFFRE, MAIS SANS TÉMOINS

"Du chiffre, du chiffre et encore du chiffre ! Aucun domaine n’échappe à cette religion du rendement, que ces chiffres comptabilisent des marchandises ou des vies humaines. À la fois l’un et l’autre selon l’usage qu’on en fait, « choisis » ou clandestins, les immigrés sont de toute façon trop nombreux pour Brice Hortefeux. 26 000 expulsions de sans-papiers, c’est l’objectif que s’est fixé le ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale pour 2008. Et dans cette course au chiffre, la (…)"[...]
Par par Marie Nennès. Article paru le mercredi 15 octobre 2008

UN BEAU FROMAGE ET UN MINISTRE

"Une opération anti-géorgienne dans le Cantal a eu lieu fin 2007. Histoire d’une ferme encerclée par la maréchaussée du ministre auvergnat, Brice Hortefeux.
LE CANTAL A BEAU ÊTRE DÉPEUPLÉ et perdre ses gares et ses hôpitaux,il ne l’est pas encore de gendarmes qui ont su ranimer la petite ferme de la Barreyri, chez Michel et Françoise Ters en novembre 2007. Le cantal,on y fait du Bleu au pays des vaches rouges dans cette verte Auvergne où,comme l’écrivait Vialatte,on (…) "[...]
Par par Christophe Goby. Article paru le lundi 15 septembre 2008

LES « DÉPATRIÉS » D’HORTEFEUX

"Tension, cache-cache quotidien avec la police, détention, embarquement d’expulsés traîtés comme des pièces de viande, coups… Rencontre à Marseille avec Mama, épouse française d’un sans-papiers.
« C‘EST COMME SI ON VIVAIT dans un pays en guerre. On se cache, on est toujours en train de surveiller s’il y a des barrages de police. On ne sort jamais le soir ; ni cinéma, ni restaurant », raconte Mama. « Quand je vois des uniformes, je cherche par tous les moyens à les (…) "[...]
Par par Gilles Lucas. Article paru le lundi 15 septembre 2008

DES SANS-PAP’ DE VINCENNES TÉMOIGNENT

"DIMANCHE 22 JUIN, le Centre de rétention administrative 1 et 2 de Vincennes a brûlé. Joints par téléphone, des « retenus » racontent la mutinerie. « Quand l’ami tunisien est décédé, samedi, ceux du CRA 2 […] se sont énervés,ils ont pensé que c’était par négligence. […] Il disait “Ça va pas, ça va pas”. Et les policiers disaient :“C’est bon, il a déjà vu un docteur.” Le problème, c’est que quand vous voyez un docteur, il ne vous donne (…)"[...]
Par par Marco Pilori. Article paru le mardi 15 juillet 2008

BAGARRE DE FEMMES

"Les femmes sans papiers sont sans doute la main-d’oeuvre la plus malléable sur le marché du travail. Le 9e collectif a voulu rompre le silence. Arrogance gouvernementale et brutalité policière étaient au rendez-vous.
EUDI 19 JUIN, le 9e collectif occupe l’Agence nationale des services (ANSP) à la personne,dans le XVe, à Paris. Ce collectif mobilise ces temps-ci sur la question des femmes sans papiers. Nombreuses à travailler à domicile (ménage,garde d’enfants, soins aux (…) "[...]
Par par Anne-Leïla Ollivier. Article paru le mardi 15 juillet 2008

FAUSSES TOMATES ET VRAIS SANS PAP’

"APRÈS SIX MOIS d’enquête épuisante, les vaillants pandores des Bouches-du-Rhône ont coincé un présumé voyou qu’il était grand temps de passer à la sulfateuse. François Otta, 70 ans, un des plus gros agriculteur-empoisonneur de la zone de Berre l’Étang, produit des tomates soit disant « de Provence ». Soit-disant car, selon la maréchaussée, ce pécore revendait sur le Marché d’intérêt national de Marseille ainsi que dans les centrales d’achat des grandes surfaces (…)"[...]
Par par François Maliet. Article paru le mardi 15 juillet 2008

101 MALIENS, UNE MÉMOIRE À VIF

"Tout le monde se souvient de l’héroïque résistance des sans-papiers de l’église Saint-Bernard en 1996. Ceux qui se battent aujourd’hui pour obtenir leur régularisation sont les héritiers de ce combat. Mais aussi de l’humiliation de 1986. Cent un sans-papiers maliens raflés dans la rue et dans les foyers, avant d’être expulsés par charter, pour l’exemple. Beaucoup sont revenus en France. CQFD en a rencontré quelques-uns.
EN CE WEEK-END de Pentecôte, le (…) "[...]
Par par Marie Nennès. Article paru le dimanche 15 juin 2008

MONTREUIL LA SOLIDAIRE

"Parti du foyer de travailleurs – à majorité malienne – de la rue Rochebrune, à Montreuil (93), un groupe bigarré se dirige vers le commissariat en cette fin d’après-midi du mercredi 4 juin. Une heure plus tôt, un sans-pap’ s’est fait interpeller en bas de la rue. Et comme d’ordinaire, un procureur s’est fait réquisitionner. Une chance pour le malheureux enchristé, les habitants du coin ont pris connaissance de la création d’un numéro (…)"[...]
Par par Marco Pilori. Article paru le dimanche 15 juin 2008

LE MONDE SOUS LES AISSELLES

"Vendredi 18 avril, nous quittons Montreuil pour Passion Traiteur, à Colombes. Après avoir tourné une bonne heure entre autoroutes, zones industrielles et barres HLM, une banderole siglée CGT nous accueille:ici, des sans-papiers sont en grève pour leur régularisation. Chez ce traiteur industriel qui fournit les plateaux-repas Eurostar, Thalys, Air France, Sodexho et le stade de France, près d’un quart des cent soixante employés sont sans papiers. Quinze, pour la plupart maliens, (…)"[...]
Par par Marco Pilori. Article paru le jeudi 15 mai 2008

UNE PRISON QUI NE DIT PAS SON NOM

"Anaïs Leonhardt est avocate spécialisée dans le droit des étrangers. Jackie Cruz travaille au centre de rétention du Canet pour la Cimade, seul organisme indépendant autorisé dans ces prisons pour sanspapiers (et qui vient de publier un état des lieux accablant). CQFD les a invitées à dîner pour mieux les faire parler. Elles ne se sont pas fait prier.
CQFD : Le Canet, c’est le rejeton récent de la fameuse prison clandestine d’Arenc, dont l’existence a été découverte sur (…) "[...]
Par par Nicolas Arraitz. Article paru le jeudi 15 novembre 2007

CONCERT DE SOUTIEN (TARN)

"Salarié en CDI, Pierre Lohoua était sans papiers en France depuis dix ans. Il est retourné en Côte d’Ivoire pour faire une demande de visa. Ses amis organisent un concert de soutien pour engranger quelques thunes le temps qu’il rentre et reprenne son taf.
À Lavaur (Tarn) le 24 novembre 2007 avec Condkoï, Brassen’s not dead et Blend à la Halle aux grains. "[...]
Par . Article paru le mercredi 14 novembre 2007

C’EST PAS VICHY

"

Mais enrôler tous les corps constitués de l’État au service du ministère de l’Identité nationale et de ses obsessions chiffrées relève d’une méthode pour le moins… totalisante.

Il y a eu les rafles devant les écoles, dans les hôpitaux, sur les marchés… Il y a eu les irruptions à l’aube au domicile des déboutés du droit d’asile, avec leur lot de défenestrations, de suicides en centre de rétention… Combien de fonctionnaires de tout poil mobilisés pour arriver à ça ? Puis il y a ce décret Hortefeux publié le 1er juin 2007, qui prétend utiliser les inspecteurs du travail comme supplétifs de la police. Ce décret permet de placer la Direction générale du travail sous l’autorité du ministère de l’Immigration, alors que son autorité de tutelle est le ministère du Travail, en conformité avec la convention numéro 81 de l’Organisation internationale du travail (OIT) garantissant l’indépendance de l’inspection du travail. Avec ce nouveau décret, la police pourra entrer dans n’importe quelle entreprise, à n’importe quel moment. Jusqu’à présent, l’autorisation d’un juge était nécessaire. Les inspecteurs du travail ont, eux, ce droit de contrôle permanent sur les entreprises, mais pas pour traquer le travailleur. Exemple : un inspecteur qui, lors d’un contrôle, tombe sur un employé sans papiers, est censé sanctionner l’employeur. Or, lors des contrôles de police dans les entreprises, ce sont les travailleurs qui sont suspects.

"[...]
Par par Nicolas Arraitz. Article paru le lundi 15 octobre 2007

LA PASSOIRE DU MARONI

"Pour un gouvernement qui a la culture des chiffres, ceux des reconduites à la frontière des « clandestins » dans les DOM-TOM ont l’air d’un drôle de casse-tête. Lorsque CQFD téléphone au ministère de l’Intérieur et de l’Outre-mer, l’interlocuteur au service statistique frémit au bout du fil et fait le mystérieux : « Oula ! Ce sont des chiffres ultrasensibles. Je les ai, mais si je vous les communique, je me fais tuer. Il faut que vous contactiez le ministère de l’Immigration, mais c’est pas (…)"[...]
Par par Anatole Istria. Article paru le samedi 15 septembre 2007

DANS LA SOMME, ON FAIT DU CHIFFRE

"COMME D’HABITUDE : impossible de joindre le préfet de la Somme, ou même son secrétaire de cabinet - lui qui, pourtant, signe tous les courriers rejetant les demandes de régularisation. Le standard nous a passé le service « Communication », dont le rôle consiste justement à ne pas communiquer :
« On peut penser, bien sûr, au cas du jeune Ivan Demsky qui a sauté du quatrième étage pour échapper à la police tandis que son père se jetait du troisième…
C’est vous qui le dites, qu’il a sauté. (…) "[...]
Par par François Ruffin. Article paru le samedi 15 septembre 2007

PARIS-BAMAKO : PAROLES D’EXPULSÉS

"L’Occident a besoin de grands contingents de main-d’oeuvre étrangère, pour pallier une démographie en berne et abaisser le coût du travail. Ce sont les immigrés « choisis ». Mais le système est aussi friand de main-d’oeuvre clandestine. Des secteurs entiers de l’économie reposent sur l’usage hypocrite du salarié sans-papiers : le bâtiment, le gardiennage, le nettoyage, la restauration, l’agriculture… Ces « illégaux » sont d’autant plus malléables qu’ils vivent dans la crainte. Les rafles (…)"[...]
Par par Aminata Sangaré, Claude Ulhstein. Article paru le samedi 15 septembre 2007

HOSPITALITÉ CH’TI

"Alors que Daniel Canepa, préfet du Nord-Pas-de-Calais, déclarait : « L’équation a changé, c’est la rupture. Grève de la faim n’égale plus régularisation, grève de la faim égale reconduite à la frontière », Rémi et Kenopeh ont rencontré Mady, un des grévistes que le préfet veut renvoyer dans les limbes de leur Afrique natale. Histoire d’une ombre au tableau des statistiques gouvernementales.
« La ville de Lille vous souhaite la bienvenue et un agréable séjour. » L’affichage municipal (…) "[...]
Par par Kenopeh. Article paru le samedi 15 septembre 2007

CLANDO EN VRAC

"Attention, des nuées d’étrangers malades tenteraient d’entrer en France pour s’y faire soigner à l’oeil ! Ahmed, lui, est arrivé en parfaite santé pour se faire essorer dans l’agriculture intensive. Il en revient cassé en deux et mal soigné…
AHMED A TRAVAILLÉ QUATORZE ANS chez un gros arboriculteur de la Crau, dans les Bouches-du-Rhône. Quatre ans sans papiers d’abord, puis sous contrat de l’Office des migrations internationales (OMI). Ils sont soixante-dix Marocains à venir faire la « (…) "[...]
Par par Fred Décosse. Article paru le dimanche 15 juillet 2007

FAUT PAS SE SOIGNER ICI, MONSIEUR…

"En février 2007 déjà, l’Observatoire du droit à la santé des étrangers (ODSE) tirait la sonnette d alarme : trois étrangers malades venaient d’être renvoyés dans leur pays, « alors que des Médecins inspecteurs de santé publique [MISP] avaient rendu, dans le cadre de la procédure réglementaire prévue à cet effet, des avis indiquant les conséquences particulièrement graves d’une expulsion. » Le 18 juin, toujours selon l’ODSE, un malade atteint d’une hépatite C active a été renvoyé dans ses (…)"[...]
Par par Fred Décosse. Article paru le dimanche 15 juillet 2007

UNE FOLLE CHEZ LES DINGUES DE LA PRÉF’

"Vanessa est devenue femme en France. En Algérie, son pays natal, elle était il. Au début, médecins et préfecture n’ont pas trop renâclé à lui laisser vivre sa vie de transsexuelle en paix. Mais depuis qu’un petit caïd à la testostérone mal placée les a sommés de faire du chiffre, voilà qu’ils s’entêtent à vouloir la renvoyer au bled, où l’attend un avenir bien sombre.
BIEN JOLI D’ACCÉDER AU TRÔNE en promettant d’endiguer l’immigration clandestine, encore faut-il mettre dehors les 25 000 (…) "[...]
Par par François Maliet. Article paru le dimanche 15 juillet 2007

UN EUROPÉEN ALLÉGÉ

"L’Europe, c’est la panacée. Et le travail, c’est la santé. Sauf pour les Roumains, citoyens de l’Union depuis le 1er janvier, mais toujours considérés comme une plèbe indolente et débraillée. Pour eux, le marché français du travail est bien verrouillé. Témoignage.
Cosmin attend deux choses de la vie : que tout roule avec sa nouvelle fiancée, et une autorisation provisoire de travail pour entrer un peu de maille, la couvrir de fleurs et l’inviter au resto. Il ne devrait pas y avoir de (…) "[...]
Par par François Maliet. Article paru le vendredi 15 juin 2007

FLIC FLOP (CQFD 46)

"Dessin publié dans CQFD n° 46, juin 2007."[...]
Par par Berth. Article paru le vendredi 15 juin 2007

FORTERESSE SENTIMENTALE

"Saviez-vous que les frontières de l’Union européenne s’étendent jusqu’aux eaux territoriales du Sénégal ? Cette curiosité géographique n’est pas le fruit de la tectonique des plaques mais la conséquence de la guerre que mène la riche Europe aux migrants. Depuis 2006 des « gardes-frontières » espagnols, italiens, français et luxembourgeois patrouillent au large des côtes d’Afrique de l’Ouest. Créée en octobre 2004, Frontex est l’agence européenne pour la gestion de la coopération (…)"[...]
Par par Georges Broussaille. Article paru le mardi 15 mai 2007

LA PHRASE DU MOIS (AVRIL 2007)

"« Il faut durcir les tests de langue pour les candidats à l’immigration. »
Nicolas Sarkozy
Dessin publié dans CQFD n° 44, avril 2007. "[...]
Par par Lefred-Thouron. Article paru le dimanche 15 avril 2007

JUSQU’AU TROGNON !

"Pendant près d’un quart de siècle, et ce huit mois par an, Baloua Ait Baloua a trimé pour une poignée de trognons de pomme dans une exploitation agricole des Bouches-du-Rhône (cf. CQFD n°32). En 2004, l’exploitant-exploiteur prit sa retraite et Baloua se retrouva à la porte sans taf ni fafs, la préfecture lui refusant sa carte de séjour. Rentrant au pays tous les printemps, il ne pouvait se prévaloir d’une présence continue, condition nécessaire à l’obtention du précieux sésame. Mais , (…)"[...]
Par par François Maliet. Article paru le jeudi 15 février 2007

ANJOUAN GAGNE MAYOTTE

"Déclarée illégale par l’ONU, la partition de Mayotte d’avec les Comores indépendantes s’est aggravée avec le visa Balladur . État des lieux d’un apartheid à tiroirs à travers les portraits d’un futur clandestin, d’un passeur, d’une étudiante et d’un flic de la PAF stressé.
C‘EST L’HISTOIRE DE quatre îles perdues entre l’Afrique et Madagascar. D’un côté Mayotte la Française, prétentieuse et riche des subsides de la Mère Patrie. De l’autre Grande-Comore, Mohéli et Anjouan, les trois (…) "[...]
Par par Yohanne Lamoulère, Yasmine Guenniche. Article paru le jeudi 15 février 2007

LES BOURREAUX DE CALAIS

"Depuis la fermeture du camp de Sangatte, Calais est un peu comme Mayotte ou la Guyane, une zone du territoire français où la chasse aux étrangers est devenu le sport favori des quelque 2 200 policiers et CRS déployés dans le secteur. Rafles massives, quadrillage de la ville, gazage et destruction des squats, hangars et camps installés dans les bois ou sous les ponts, rien n’y fait : malgré l’agrandissement du centre de rétention de Coquelles, le remplissage de celui de Lille ou de Roissy, (…)"[...]
Par par Hervé Gouyer. Article paru le lundi 15 janvier 2007

LA CLASSE CHARTER POUR DAÏM

"Le soir de son « coming-out » présidentiel, Nicolas Sarkozy, déclare sur le plateau d’Arlette Chabot en évoquant la question de l’immigration : « Il faut être humain car c’est d’humains que l’on parle. » Ce même soir dans une cellule du centre de rétention du Mesnil-Amelot (Roissy) , Daïm Sidibe, un étudiant malien âgé de 28 ans, s’interroge lui aussi sur son humanité… Avant de se retrouver là, il était étudiant en sociologie à l’Université du Mirail à Toulouse, il travaillait de nuit (…)"[...]
Par par Aureliano Buendia. Article paru le vendredi 15 décembre 2006

UN AIR FRANCHEMENT COLLABO

"Notre agent dans les hautes sphères nous a fait parvenir la copie d’un courrier du directeur général de la police nationale datée du 14 septembre 2006 et adressé au PDG d’Air France. Michel Gaudin y distribue des bons points : « Je tiens particulièrement à attirer votre attention sur le comportement exemplaire du commandant de bord du vol AF XXX à destination de Lagos, dont l’action a été déterminante dans le succès de l’éloignement sensible d’un étranger en situation irrégulière, soutenu (…)"[...]
Par par Nicolas Arraitz. Article paru le vendredi 15 décembre 2006

LA JUSTICE À POLICELAND

"Le nouveau centre de rétention de Marseille, inauguré en juin au Canet, prétend « ne rien montrer, ne rien démontrer, puisqu’il n’y a rien à voir », selon ses concepteurs (lire CQFD n°35). Objectif manqué, si l’on considère l’agitation suscitée par les avocats marseillais qui se battent depuis septembre contre une forme pittoresque de délocalisation : l’implantation du tribunal au sein même du centre. Pour les déférer devant un juge, plus besoin de trimballer les sans-papiers dans des (…)"[...]
Par par Hervé Gouyer. Article paru le dimanche 15 octobre 2006

CHASSE À L’ENFANT

"Oui, Prévert doit se retourner dans sa tombe. Soixante-dix ans après la traque des gosses échappés du bagne de Belle-Île-en-Mer, la police française chasse à présent les enfants de sans-papiers. Ce 29 septembre, la force publique fait irruption dans l’école maternelle Jean-Lolive de Pantin (Seine-Saint-Denis), pour alpaguer Paul, 4 ans. Ils prétendent que sa mère le cherche. En réalité, elle a été conduite au centre de rétention de Paris. Mais l’enfant n’est pas livré, malgré la tentative (…)"[...]
Par par Mariam Diaby. Article paru le dimanche 15 octobre 2006

CHIBANIS ET HOGRA

"Il est assis sur une chaise bancale à l’ombre des ruines d’un immeuble éventré. « C’est comme une guerre, lâche-t-il. On est à la retraite. On a travaillé toute notre vie. Ils pourraient nous laisser tranquilles maintenant ! » Suite à une ordonnance d’expulsion, Amar et trente-trois autres « chibanis » - ouvriers immigrés à la retraite - doivent quitter d’ici le 21 juillet l’« hôtel meublé » où ils habitent depuis des dizaines d’années dans le quartier du Rouet, à Marseille. Dans le cas (…)"[...]
Par . Article paru le samedi 15 juillet 2006

SANS-PAPIERS : CIRCULAIRE, Y A RIEN À VOIR !

"Zora est optimiste. Elle sourit sans cesse, même en parlant de l’exil, car l’essentiel, pour elle, c’est de faire au mieux avec ce que l’on a. En France, ses quatre enfants de huit à quinze ans vont à l’école et « ont un avenir ». Pas comme en Algérie, dit-elle : « La vie était insupportable, donc on est venu là, pour notre sécurité et surtout celle des gosses. » Mais depuis le début de l’année, le ciel déjà boueux de la douce France s’est encore assombri. Souqué par Sarkozy, l’appareil (…)"[...]
Par par Lou Ana. Article paru le samedi 15 juillet 2006

POUR « FAIRE DES CRÂNES »

"Béton, caméras, barbelés, cages métalliques, tribunal intégré, rangée de cyprès pour cacher la taule aux regards du passant… Inauguré le 6 juin, le nouveau centre de rétention du Canet, à Marseille, est la riante façade high-tech d’une politique migratoire française vouée à faire du chiffre : vingt-cinq mille déportations d’étrangers prévues pour 2006. Question : à quoi ça sert ?
DANS LE LEXIQUE ENCHANTEUR des acronymes produits par le ministère de l’Intérieur, nous connaissions le coquin (…) "[...]
Par par Loubret. Article paru le jeudi 15 juin 2006

CHOISIR LES IMMIGRÉS PAS CHOISIS

"Une arme, le parrainage de sans-papiers ? Une arme au potentiel d’envahissement doux, populaire et massif ? Une réplique vivifiante au totalitarisme mou qui ensuque une à une les consciences ? À Marseille, certains se prennent à le concevoir. Rappel de la guerre en cours. Agresseurs : les maîtres libéraux. Cibles : les immigrés. L’enjeu : trier les esclaves dans leur pays (en tâtant les cerveaux selon les diplômes, crocheter les plus rondelets). Forces de la p’tite frappe Sarkozy : sa loi (…)"[...]
Par par Nathalie Graber. Article paru le lundi 15 mai 2006

LA CIRCULAIRE DU 21 FÉVRIER

"Évite le registre de l’indignation, Toto, ça sert à rien, les gens ont déjà assez de raisons comme ça pour s’affliger. Fait chier de s’énerver en continu. Avec tout ce qui dégringole, à quoi bon en rajouter ? Pour un CPE où ça valait le coup de mettre le oaï, combien de grosses crapuleries qui passent aussi inaperçues qu’un pet dans le calbut d’un évêque ? Celle-là pourtant est gratinée : il s’agit de la circulaire dite « du 21 février 2006 », adressée aux préfets par le ministre de (…)"[...]
Par par Olivier Cyran. Article paru le samedi 15 avril 2006

L’ETAT DE DROIT AUX GABONAIS ABSENTS

"Pour intensifier les reconduites à la frontière, l’administration ne recule devant aucun coup tordu. Exemple en Haute-Garonne, où le préfet expulse à tour de bras des ressortissants gabonais pourtant protégés par un traité bilatéral, fabriquant du sans-papiers comme un vulgaire faux-monnayeur.
« NOUS N’AVONS PAS LA CULTURE du chiffre, seulement celle du travail bien fait, juste, légal et dans le respect des droits de chacun », chante le directeur départemental de la police aux frontières (…) "[...]
Par par Pierre Samson. Article paru le samedi 15 avril 2006

LES CAHIERS DE BALOUA

"Quand il était gamin, au Maroc, Baloua Aït Baloua passait ses soirées à remplir des cahiers à spirales de phrases en français minutieusement calligraphiées. Il aimait l’écriture et rêvait de faire des études. Mais la pauvreté ne lui en a pas laissé l’occasion. À 16 ans, il quitte école et village pour aller au chagrin dans une société agricole près de Meknès. Dix ans plus tard, en 1982, il émigre vers la France avec en poche un contrat de l’Office des migrations internationales (OMI). (…)"[...]
Par par Olivier Cyran. Article paru le mercredi 15 mars 2006

CHOISIR SON JETABLE

"Autrefois, les entreprises importaient de la main-d’oeuvre étrangère pour bâtir des super-marchés, des autoroutes et des tours HLM. Le plein de béton ayant été fait, et les pue-la-sueur devenus inutiles rangés avec leurs gosses dans ces mêmes tours qu’il s’agit à présent de détruire, les fédérations patronales veulent de la viande fraîche et hautement diplômée sachant programmer des jeux vidéo, shampouiner des chihuahuas et élaborer des crèmes anti rides. C’est ce que Villepin appelle « (…)"[...]
Par par Olivier Cyran. Article paru le mercredi 15 février 2006

LES VOLEURS D’OXYGÈNE

"Lundi matin, je dépose mon fils à l’école, un coup de fil m’informe qu’il faut aller vite au tribunal administratif de Bordeaux, qu’ils veulent expulser du territoire toute une famille marocaine. Pas une voix d’extrême droite n’échappera aux rafles du nabot cocufié. « C’est nous qui trinquons quand ta trique n’excite plus ta pouf partie se pavaner avec ton pote. » Le chef des forces-du-côté-obscur-de-l’ordre a donné des objectifs à atteindre à tout prix par ses troupes. En termes (…)"[...]
Par par Paolina K’. Article paru le dimanche 15 janvier 2006

NOUS PAS BOUGER !

"Le gouvernement l’a dit et il le fait : il ne transigera plus avec les sans-papiers. Il a promis 24 000 expulsions et vise à atteindre ce score avec obstination. À se demander même s’il ne va pas faire tilter la machine. Il n’y a qu’à voir les rafles de l’été dernier à Paris : quartiers bloqués, fouilles en règle de restaurants et de centres téléphoniques, arrestations en masse… Direction le centre de rétention. Des gens que nous côtoyons tous les jours vivent avec la peur du contrôle. (…)"[...]
Par par P’ti Ju. Article paru le dimanche 15 janvier 2006

COUP FOURRÉ PRÉFECTORAL CONTRE LE GOURBI

"C’est bien beau d’annoncer 25 000 expulsions d’étrangers en 2006. Sur le terrain, les fonctionnaires se cassent la nénette pour trouver des sans-pap’ à renvoyer au bled. Le sous-préfet d’Istres a cru faire du chiffre en s’attaquant à un bidonville rural des Bouches-du-Rhône.
PERDU ENTRE DES SERRES abandonnées et la plaine maraîchère des Gravons, le « gourbi » est un bidonville occupé par une cinquantaine d’ouvriers agricoles étrangers. Lundi 5 décembre à la tombée de la nuit. Debout dans la (…) "[...]
Par par Grite Lammane. Article paru le jeudi 15 décembre 2005

LES CAÏDS DE LA PREF’

"Fausse décision, violation flagrante de la loi… La préfecture du Tarn utilise les ficelles les plus pourries pour éviter de délivrer un titre de séjour à une Rwandaise malade du Sida qui devrait être régularisée depuis maintenant plusieurs mois. Au départ, lorsqu’elle décide de quitter le Rwanda pour rejoindre son compagnon à Castres dans le Tarn, Zuena, 32 ans, pense tirer un trait définitif sur son passé. Tutsie, elle a survécu de peu au génocide qui, avec le concours de la France, a (…)"[...]
Par par Eric Dourel. Article paru le mardi 15 novembre 2005

AUX SANS-PAPIERS LES ÉLUS RECONNAISSANTS

"À force de pousser toujours plus loin la traque aux pas-Français en situation pas régulière, le ministre de l’Intérieur va finir par causer du souci aux élus locaux, UMP y compris. Il faut se mettre à leur place. Je suis maire d’une commune et je veux faire repeindre ma salle des fêtes. Comme je suis un gestionnaire rigoureux, soucieux de l’argent de mes contribuables, je vais faire appel à l’entreprise la mieux-disante, c’est-à-dire la mieux-offrante en main d’oeuvre à bas prix. Comme je (…)"[...]
Par par Olivier Cyran. Article paru le samedi 15 octobre 2005

SUS AUX PASSEURS !

"La lutte contre les « filières d’immigration clandestine » est une grande cause nationale et européenne, régulièrement relayée par les médias. Mais sous couvert de réprimer les passeurs, c’est souvent à de simples réfugiés et à leurs réseaux d’entraide que la police s’attaque. Exemple avec des Kurdes irakiens de Paris.
« Le problème est réglé », avait tranché Nicolas Sarkozy en 2002, lors de la fermeture du camp de Sangatte. Sûrement par esprit de contradiction, le Gisti rétorque (…) "[...]
Par par François Maliet. Article paru le jeudi 15 septembre 2005

RAFLES PARISIENNES

"Un périmètre bloqué sur réquisition du procureur. La police qui ratisse les rues, investit les boutiques et les cafés, arrête tous ceux qui ne font pas « France bon teint » et les tasse dans des cars en direction des cachots du dépôt de la Cité. Ceux qui pourront fournir un titre de séjour seront libérés. Les autres seront transférés en centre de rétention dans l’attente d’une expulsion ou d’un passage devant les tribunaux. « Le procédé n’est pas nouveau, déclare un membre de la Cimade à (…)"[...]
Par par Grite Lammane, Hanlor. Article paru le jeudi 15 septembre 2005

ARENC : ROUTINE D’ENFER D’UN CENTRE DE RÉTENTION

"Quand des ronds-de-cuir ministériels débarquent dans un centre de rétention, les flics ont un réflexe de pudeur : offrir une présentation impeccable des lieux pour mieux cacher la misère. Mais ça ne marche pas toujours. Récit d’une descente officielle dans un centre rempli d’étrangers traqués.
Le 14 juin 2005. Birgit Bretton, inlassable militante de la défense des étrangers reconduits, entame sa permanence au centre de rétention d’Arenc, à Marseille. Deux premiers « clients » se présentent (…) "[...]
Par par Hervé Gouyer. Article paru le vendredi 15 juillet 2005

LES SANS-PAP’ ET L’EMPIRE ROMAIN

"En données corrigées des micro-variations politiques, indépendamment du retour régulier du « thème de l’immigration » sur les tréteaux de la besogne électorale, la politique de la France à l’égard des sans-papiers repose sur trois principes : faire du chiffre, encore du chiffre, toujours du chiffre. Neuf mille reconduites à la frontière en 2003. Quinze mille en 2004. Et déjà six mille deux cents pour les quatre premiers mois de cette année. À ce rythme, l’administration ne devrait pas avoir (…)"[...]
Par par Olivier Cyran. Article paru le mercredi 15 juin 2005

JETE 25 ANS APRES

"Tous les visiteurs de centres de rétention le disent : pour les sans-papiers, les conditions s’aggravent de jour en jour. Les contrôles se multiplient, les arrestations se font au coin de la rue, les dispositifs débordent et craquent aux coutures. L’administration, même lorsqu’elle finit par plier devant douze squelettes , montre un visage de plus en plus métallique. Pour exemple, cette histoire qui vient d’être vécue au centre de rétention de Toulouse.
JM est tunisien, du moins sur le (…) "[...]
Par par Lionel Carlotti. Article paru le dimanche 15 mai 2005

UN CHEQUE EN BLANC POUR LES NEGRIERS

"Pour les exploitants agricoles des Bouches-du-Rhône, la compétitivité exige de recourir massivement à une main-d’œuvre étrangère non déclarée. La justice vient de condamner deux d’entre eux à une ridicule amende : on a le droit de faire trimer le sans-papiers, à condition que celui-ci reste bien caché.
Ce n’est pas tous les jours que les exploitants agricoles des Bouches-du-Rhône se voient traînés en justice pour avoir fait bosser au noir de la main-d’œuvre étrangère. Le 2 février, ils (…) "[...]
Par par Hervé Gouyer. Article paru le vendredi 18 février 2005

LES FANTÔMES CLANDESTINS DU CANAL DE SICILE

"En 1996, un ferry chargé à ras-bord d’immigrés clandestins coule au large de la Sicile, faisant 283 morts. Neuf ans plus tard, alors que des dizaines de cadavres continuent de clapoter chaque mois aux pieds de la forteresse Europe, les responsables du naufrage n’ont toujours pas été jugés.
La tempête fait rage en cette nuit de Noël 1996. Dans le canal de Sicile, entre Malte et l’Italie, deux navires se sont donné rendez-vous malgré la mer démontée. Le Yohan, parti (…) "[...]
Par par Marie Nennès. Article paru le samedi 15 janvier 2005

CONVOCATION POUR UN ALLER-SIMPLE

"Faire du chiffre, avait dit Sarkozy. Multiplier par deux le nombre d’étrangers reconduits par la force, a précisé Villepin. Chaque jour les pelleteuses extraient donc du pays de nouvelles cargaisons de sans-papiers, cueillis dans la rue ou au travail, mais aussi au commissariat ou en préfecture. Si les centres de rétention sont « la honte de la République », comme l’a dit un sénateur socialiste avant de retourner à table, les services préfectoraux, eux, n’en ont aucune. (…)"[...]
Par . Article paru le samedi 15 janvier 2005

LE PRÉFET VEUT FAIRE DU CHIFFRE

"Un vendredi soir, une famille en provenance de Charente arrive au centre. Deux parents et trois enfants, respectivement âgés de 10, 14 et 17 ans. Dès mon premier entretien avec eux , leur histoire me saute à la figure. La présence de gamins en centre de rétention est déjà en soi insupportable, mais lorsque s’y ajoutent des conditions d’interpellation dignes des brigades anti-criminalité, ça fait beaucoup. En effet, des cow-boys du commissariat d’Angoulême n’ont rien (…)"[...]
Par par Lionel Carlotti. Article paru le mercredi 15 décembre 2004

LA CROIX-ROUGE SOUS UNE ROBE NOIRE

"Jour J, mardi 16 novembre. Dès 13 h 30 une partie de l’équipe marseillaise de CQFD/Le RIRe faisait les cent pas devant la 17e chambre du TGI de Paris, impatiente d’en finir avec la procédure pour diffamation intentée voici un an par la très gourmande Croix-Rouge française (65 000 euros de dommages et intérêts réclamés). Nous sommes rejoints par notre camarade Berth, venu de Besançon pour essayer de comprendre en quoi ses magnifiques dessins pouvaient constituer un délit de presse. En plus (…)"[...]
Par . Article paru le vendredi 19 novembre 2004

DROIT D’ASILE AU JARDIN PUBLIC

"Le 17 juin 1999, la « mahala » de Mitrovica était vidée de ses sept mille habitants. Ce quartier rom, le plus grand du Kosovo, fut rasé par l’UCK, l’armée albanaise de libération, sous le regard des soldats de l’OTAN. L’entrée des forces internationales au Kosovo avait permis aux extrémistes albanais de s’en donner à cœur joie. Leurs griefs envers les Serbes avaient tourné en rage aveugle contre toutes les minorités, dont les roms. Le retour des réfugiés albanais expulsés quelques semaines (…)"[...]
Par par Jean-Philippe Turpin. Article paru le lundi 15 novembre 2004

LE MAROC, GARDE-CHIOURME DE LA FORTERESSE EUROPE

"Les délocalisations sont à la mode. Mais pendant que les usines se barrent à l’étranger, les étrangers, eux, sont toujours plus nombreux à tenter de rejoindre l’Europe. Les en empêcher coûte cher. En bonne gestionnaire, l’Europe a donc commencé à sous-traiter la répression de tous ces ventres creux aux États du sud, Maroc en tête.
Cela fait plusieurs années déjà que les polices marocaine et espagnole ont pris la triste habitude de ramasser les corps que la mer rejette, de chaque côté du (…) "[...]
Par par Marie Nennès. Article paru le vendredi 15 octobre 2004

VIRÉS DE CHOISY-LE-ROI, EXILÉS À TIMISOARA

"Le 17 juillet dernier, alors que l’actualité était dominée par la météo des plages, plusieurs centaines de roms roumains manifestaient à Paris pour réclamer « une vie meilleure ». Une manif étonnamment joyeuse, compte tenu de la récente intensification de la chasse aux bidonvilles : en un an, les expulsions de Roumains sans papiers - des Roms pour l’essentiel - ont augmenté de 66 %. Mais une fois virés, que deviennent-ils en Roumanie ? Reportage dans les environs de Timisoara.
Les plaines (…) "[...]
Par par Iwan Barth, Pablo Chignard. Article paru le mercredi 15 septembre 2004

MARIÉS PAR LES FLICS

"Sarkozy l’avait annoncé lors de son one-man show au ministère de l’Intérieur : 2004 sera une année record pour les reconduites à la frontière. Son successeur, Villepin, ayant enfilé les mêmes bottes et promis « un doublement des éloignements en 2004 », il n’est pas étonnant que les centres de rétention carburent aujourd’hui au maximum de leurs capacités. Depuis des mois, celui de Toulouse est rempli à ras-bord. Dès qu’une place est libérée par l’expulsion d’un retenu, elle est immé- (…)"[...]
Par par Lionel Carlotti. Article paru le mercredi 15 septembre 2004

POLICE AUX FRONTIÈRES CHERCHE AVOCATS

"Pour arrondir leurs fins de mois, les avocats spécialisés dans la défense des sans-papiers sont invités à travailler pour une bien meilleure cliente : la préfecture, qui demande du renfort pour accélérer la cadence des reconduites à la frontière.
Le 17 mai dernier, le bâtonnier de Marseille a envoyé à tous les avocats de la ville un appel à l’aide de la préfecture des Bouches-du-Rhône. Le préfet ne sait plus comment s’y prendre pour exécuter les ordres d’en haut exigeant d’intensifier les (…) "[...]
Par par Hervé Gouyer. Article paru le jeudi 15 juillet 2004

DES RÉUNIONNAIS DÉPORTÉS EN CREUSE

"On les appelle les « Réunionnais de la Creuse ». Pendant vingt ans, 1 641 gamins réunionnais de la DDASS ont été emmenés loin de leur île pour repeupler les campagnes françaises vidées par l’exode rural. Une déportation enrobée de bons sentiments, entre « promotion sociale » et esclavage rural. Quarante ans après, ils sont quelques-uns à oser porter plainte contre l’État français. Pour enfin savoir et tenter de comprendre.
Personne ne s’est jamais donné la peine de leur expliquer quoi que (…) "[...]
Par par Marie Nennès. Article paru le mardi 15 juin 2004

LES ALLOCS FAMILIALES RECALCULÉES DÈS LA NAISSANCE

"Les recalculés peuvent en cacher d’autres. Alors que les tricards de l’Unedic ont obtenu leur réintégration devant les tribunaux et le Conseil d’État, la Caisse d’allocations familiales continue, en toute illégalité, de priver de leurs droits des milliers de parents d’enfants étrangers.
Devant les tribunaux, l’Unedic s’est privé d’un bel argument pour justifier le débarras des chômeurs « recalculés » : l’exemple ne vient-il pas de haut ? Après tout, le Medef et la CFDT n’ont fait (…) "[...]
Par par Hervé Gouyer. Article paru le mardi 15 juin 2004

Sans-papiers et sans soins mais « responsables »

"Pauvres et sans papiers, désormais vous soignerez votre cancer à l’aspirine et votre sida aux bons sentiments : le gouvernement vient d’instaurer une nouvelle discrimination qui réduit drastiquement l’accès aux soins pour les immigrés en situation irrégulière. Les droits de l’Homme sont un luxe que la France réserve à ceux qui ont les moyens.
Décidément, la gangrène libérale n’épargne personne. Sous couvert « d’efficacité, de maîtrise des coûts et d’équilibre » de la santé publique, c’est (…) "[...]
Par par Marie Nennès. Article paru le dimanche 15 février 2004

Mayotte, laboratoire de la France de demain

"Avec la bénédiction des autorités, le maire d’une commune de Mayotte a incendié les cabanons d’un groupe de sans-papiers comoriens. Un exemple de la paix républicaine dont jouit cette miette d’empire français. Contre l’immigration venue des îles voisines, on y applique des solutions débridées : lois d’exception, rafles policières.
A l’aube du 27 octobre, un escadron de gendarmes arrive toutes sirènes hurlantes à Hamouro, petit hameau peuplé essentiellement de Comoriens d’Anjouan, l’île la (…) "[...]
Par par Hervé Gouyer. Article paru le lundi 15 décembre 2003

Des esclaves pour nos pastèques

"Ils font pousser les chrysanthèmes d’hiver, le muguet du printemps et les fruits de l’été. Ce sont les « contrats OMI » : travailleurs saisonniers importés du Maghreb par l’Office des migrations internationales, ils vendent leurs bras aux exploitants agricoles français, qui les tordent comme bon leur semble. Trafics de main d’oeuvre, chantage, exploitation, loi du silence : les conditions imposées à cette main d’oeuvre précaire réhabilitent les bonnes vieilles recettes du servage. Enquête. (…)"[...]
Par par Marie Nennès. Article paru le lundi 15 décembre 2003

Anthologie des immigrés de saison

"« Nous en avons besoin. A cause de la spécificité de nos cultures provençales de fruits et légumes. Il nous faut une main d’œuvre abondante. Et les chômeurs français ne font pas l’affaire. Sous les serres à 45 degrés, ils ne tiennent pas trois heures. »
Rémi Roux
FDSEA à Chateaurenard (13) Libération, 14/05/99
« Ces gens-là sont venus en France pour gagner de l’argent. Et à partir de là il leur est égal de travailler douze heures par jour ou même seize heures l’été quand ils le peuvent. » (…) "[...]
Par . Article paru le lundi 15 décembre 2003

Force doit rester au travail

"C’est un pavé plutôt inattendu que le Conseil Economique et Social (CES) vient de jeter dans la mare du gouvernement Raffarin. Alors que Sarkozy envoie des circulaires à tous ses préfets pour leur demander de doubler le nombre de reconduites à la frontière, le CES préconise dans un rapport la reprise d’une « immigration de travail maîtrisée et organisée ». Habitués que nous sommes à entendre les politiques se plaindre du coût exorbitant de l’immigration sur les dépenses de solidarité - le (…)"[...]
Par par Marie Nennès. Article paru le samedi 15 novembre 2003

Les milices US aiment la culture

"La lutte contre l’immigration clandestine est l’affaire de tous, c’est bien connu. Mais ni la construction d’une palissade en plaques de fer et barbelés longue de 3 000 kilomètres entre le Mexique et les Etats-Unis, ni l’affectation de dizaines de milliers de policiers n’empêchent les indigents mexicains de partir à la « reconquista » des territoires jadis bradés aux USA par le traité de Guadalupe-Hidalgo. Devant cette revanche de l’histoire, les Américains s’organisent en milices « (…)"[...]
Par par Hervé Gouyer. Article paru le samedi 15 novembre 2003

Aux indochinois harkis, la France reconnaissante…

"Alors que la France s’apprête à commémorer, discrètement, le cinquantième anniversaire de la fin de la guerre d’Indochine, un ancien camp militaire du sud-ouest de la France abrite toujours une centaine d’ « Indochinois » rapatriés en 1956. Harkis avant l’heure, ils finissent leur vie misérablement, oubliés de tous, avec pour seul héritage leurs souvenirs et leurs rêves déçus.
Sainte-Livrade, Lot-et-Garonne. Le brouillard tombe sur ce village tranquille. Les rues sont quasi désertes. « Vous (…) "[...]
Par par Emmanuelle Braz. Article paru le samedi 15 novembre 2003

DÉPUTÉ EN BLANC CONTRE TRAVAIL « AU NOIR »

"Avec son amendement sur les sans-papiers qui travaillent, provisoirement écarté par Sarkozy, le député Thierry Mariani fait œuvre de visionnaire : créer les bases d’une société où les négriers auraient tous les droits, et leur main d’œuvre aucun. Portrait d’un député toujours en avance sur son temps.
Finalement, ce n’était qu’un coup pour rire. Le 9 juillet dernier, l’Assemblée nationale adoptait un amendement à la loi Sarkozy prenant pour cible les sans-papiers qui travaillent. Ce texte (…) "[...]
Par par Hervé Gouyer. Article paru le mercredi 15 octobre 2003

CA LEUR APPRENDRA

"L’ultimatum a pris fin le 15 septembre à minuit. A cette date, tous les étrangers en situation irrégulière devaient avoir quitté le pays, faute de quoi les hommes de troupe viendraient les expulser de force, « en mettant en œuvre toutes les ressources humaines et matérielles » à leur disposition. La veille au soir, on estimait que soixante-dix mille immigrés avaient plié bagage par crainte des rafles. Dans la seule nuit du 17 août, ils étaient plus de quatre mille à s’entasser dans huit (…)"[...]
Par . Article paru le lundi 15 septembre 2003

COUPE DE L’AMÉRICA : MARSEILLE BOIT LA TASSE

"Depuis juillet, la mairie de Marseille « hisse les couleurs de la France » en faisant battage pour l’accueil en 2007 de la Coupe de l’America, une course à voiles pour milliardaires. Si le jury suisse lui donne satisfaction, les bétonneurs ne verront plus aucun frein à l’accomplissement de leur rêve : transformer une ville prolo en marina de luxe. Déjà, la candidature marseillaise fait sentir ses dégâts. Et son appareil de propagande.
Une rumeur qui soulage circule depuis fin août dans les (…) "[...]
Par par Olivier Cyran, Lionel Raymond. Article paru le lundi 15 septembre 2003

ENFIN UNE BONNE NOUVELLE

"A Calais, les affaires reprennent et les commerçants se frottent les mains. En effet, depuis que Sangatte, le centre d’hébergement pour demandeurs d’asile, a été rasé et que son cortège de miséreux, de sales et de « pas comme nous » a été expulsé, dispersé, abandonné, le nombre de touristes a augmenté de 50 %. Les hôtels en sont même à refuser du monde. Le journal de France 2 a fait son miel de cette bonne nouvelle. Dans un reportage plein de bonne humeur (17/08), le maire PC de Calais (…)"[...]
Par par Willy Daunizeau. Article paru le lundi 15 septembre 2003

PAS D’AMERICA POUR L’HÔTEL ACHILLE

"Pendant que « Marseille hisse les couleurs de la France », le nettoyage continue. Le 20 août dernier, un morceau de crépi se détache de la façade de l’hôtel Achille, un vieux meublé insalubre de la rue Thubaneau, et s’écrase sur une voiture en contrebas. Le lendemain, la police déboule. La vingtaine de personnes qui Logeaient dans le bâtiment, travailleurs immigrés à la retraite ou en bout de course pour la plupart, sont priés de faire leur balluchon et de dégager. Accouru sur place (…)"[...]
Par par Olivier Cyran. Article paru le lundi 15 septembre 2003

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |