Accueil
afficher une version imprimable de cet article  Imprimer l'article
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme
Les articles sur le thème : Chronique carcérale




Articles

OÙ TOUT LE MONDE SOURIT

"ARSEILLE, 8E CHAMBRE. Beaucoup de personnes entrent dans la salle jusque là assez vide – on reconnaît des militants. La policière chargée de surveiller les bancs du public se chuchote à ellemême : « Qu’est-ce que c’est que tout ça ? » La présidente, une femme d’une quarantaine d’années, appelle P., A. et S., qui est absente. Deux jeunes femmes vont à la barre. « Mademoiselle P., il vous est reproché d’avoir à Marseille, le 27 juin 2009, alors qu’il (…)"[...]
Par par Juliette Volcler. Article paru le samedi 19 juin 2010

RAPE TOUT

"Ancien détenu, Mouloud se démène à l’extérieur pour que sa zique de prédilection, le rap, ait droit de cité à l’intérieur. À Toulon, lunettes noires, baskets électriques et thé citron, il invite CQFD dans un rade, face à la mer… Méchante rencontre."[...]
Par par Yohanne Lamoulère. Article paru le vendredi 11 juin 2010

« ET JE RESTE POLI ! »

"ARSEILLE, COMPARUTION IMMÉDIATE. Le hall du tribunal est rempli d’une foule patiente : des prévenus, des familles, des amis. La 8e chambre est pleine,mais personne n’est là pour A., un jeune homme maigre qui écoute la juge depuis le box : « Les policiers notent un véhicule qui bloque la circulation. Alors que vous prétendez aller prendre les papiers, vous tentez de démarrer. Les policiers se jettent sur le frein à main. Vous tentez de vous enfuir. Vous êtes très agité. À (…)"[...]
Par par Juliette Volcler. Article paru le lundi 19 avril 2010

BASSESSES JUDICIAIRES CONTRE CYRIL KHIDER

"Condamné à dix ans de placard pour avoir tenté de faire évader son frangin de la prison de Fresnes le 27 mai 2001 (cf.CQFD n°44), Cyril Khider était en liberté conditionnelle depuis le 17 août. Ayant rejoint sa femme et sa fille dans le Sud- Ouest, il y a monté deux sociétés : une de commerce de textiles et l’autre dans le bâtiment. Son juge d’application des peines n’a pas supporté.Sous prétexte que Cyril n’avait pas encore fait transférer son dossier (…)"[...]
Par par Gilles Lucas. Article paru le mardi 17 novembre 2009

DES RÊVES DE CAVALE SANS FIN

"Ex-taulard, écrivain, complice du journal anti carcéral L’Envolée, Abdel Hafed Benotman était de passage à Marseille début mai. Il a fait « dix-sept ans de placard, en plusieurs fois » et parle donc en connaissance de cause. « Si vous voulez, on peut faire une minute de silence pour mes victimes, les banques… », a-t-il vanné en guise d’introduction à la réunion publique convoquée au local associatif Le Seul problème, où se serraient convaincus et concernés, militants et familles (…)"[...]
Par par Nicolas Arraitz, Gilles Lucas, Iffik Le Guen. Article paru le vendredi 15 mai 2009

LIBÉREZ JEAN-MARC ROUILLAN, TUDIEU !

"AU MOINS, DEPUIS LE QUARTIER D’ISOLEMENT, il va voir les calanques », dit un habitué des Baumettes. « C’est vrai qu’avec l’hiver qui vient, il fallait qu’il trouve un abri un peu solide », dit l’autre. Les deux chambreurs sont potes de Jean-Marc. Le patron du bar, lui, est révulsé : « Quelle bande d’enculés, le remettre au trou ! Ils veulent le tuer ou quoi ?! » Un gars appuyé au comptoir demande, goguenard, à un erroriste de CQFD : « Alors, vous allez (…)"[...]
Par par Gilles Lucas. Article paru le mercredi 15 octobre 2008

TOURNER EN ROND DANS L’HIVER

"Ça caille. À Lannemezan, la brume tombe tôt. À l’intérieur, on fait et refait la queue à la cabine téléphonique. On s’énerve quand les prix de la cantine augmentent. On rigole des galères des collègues en salle de sport. On se souvient des vieux copains dont on n’a plus de nouvelles. Un nouvel hiver à l’ombre. Peut-être le dernier pour notre envoyé spécial au pénitencier…
LA NUIT EST TOMBÉE. Des langues de brume détrempée enveloppent la centrale. Au voisinage (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le jeudi 15 novembre 2007

COMME UN CARRÉ DE CIEL BLEU

"L’air se fait plus dense ou plus léger ? L’attente d’une décision - judiciaire ?, administrative ?, politique ? - sur un possible régime de semi-liberté pour notre correspondant au pays du dedans est une figure imposée, un exercice terrible, un supplice de Tantale… Ah, le sourire de la greffière !
DEPUIS L’AUBE, je tourne en rond. Et au-dessus du poste de télé, le réveil égraine sa litanie chiffrée. Pour tromper mes vieilles habitudes de taulard, j’ai bien essayé de donner le change, mais (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le lundi 15 octobre 2007

RENTRÉE SOCIALE AU PAYS DU DEDANS

"À l’intérieur encore moins que dehors, le système ne fait pas de cadeau. La moindre parcelle de liberté y a été obtenue par la pression exercée collectivement sur ceux qui tiennent les rênes. Résister est un risque à courir. L’oublier, c’est s’exposer à tout perdre à nouveau. Ci-joint un salutaire exercice de mémoire.
DERRIÈRE LES HAUTS MURS, nous utilisons des termes hérités de nos vies passées et du matraquage social imprégnant notre quotidien par l’entremise des écrans de télévision. Par (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le samedi 15 septembre 2007

UN TOUT PETIT NOM CHARMANT

"L’été en Centrale, c’est pas vraiment la saison des festivals. Les journées s’allongent à l’infini et les souvenirs qui reviennent tiennent plus du ball-trap que du bal populaire et bon enfant. Heureusement, on peut compter sur la parano des matons pour rompre la monotonie. La sécurité avant tout !
ENCORE UN NOUVEL ÉTÉ à Lannemezan ! Le temps est pourri, l’ambiance se pourrit. Nous n’avons même pas célébré la fête de la musique. Sauf peut-être Fredo, mais ce congénère à la dégaine d’un baba (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le dimanche 15 juillet 2007

CRÉDIT DE PEINE

"Comme on agite un chiffon rouge devant un taureau, politiques et magistrats brandissent en beuglant le spectre du récidiviste pour exciter la peur et la colère du bon peuple. Libérations conditionnelles et remises de peine fondent comme neige au soleil et celles qui restent ne sont jamais définitivement acquises. Même une fois dehors, c’est une vie à crédit qui attend les anciens taulards.
À LANNEMEZAN, les libérations ne sont pas monnaie courante. Elles sont même plutôt rares et pour (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le vendredi 15 juin 2007

GÉOMÉTRIE CARCÉRALE

"Avec le retour des beaux jours, les détenus tuent le temps en plein air, chacun à sa manière. La géométrie des cours de promenade délimite subtilement les affinités entre pensionnaires. Les boulistes ne se mélangent pas aux politiques, ceux qui sarclent leur jardin ne cultivent pas le même bronzage que ceux qui fréquentent la bibliothèque. Chroniques douces-amères d’un printemps en cage.
LES DÉTENUS DU BÂTIMENT A de la centrale de Lannemezan ont accès à deux cours de promenade. L’une est (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le mardi 15 mai 2007

ÉLECTORAT CAPTIF

"Rouillan, à l’isoloir ! Les affiches appelant à voter fleurissent dans les couloirs, les étages et jusqu’au parloir de la maison d’arrêt de Lannemezan. De mémoire de taulard, on n’a jamais vu ça. Après les pollutions télévisuelles, ces jonquilles du printemps citoyen nous font la retape. Pourtant, peu de taulards conservent leurs droits civiques.
SANS VRAIMENT QU’ON SACHE dire pourquoi, la prison claudique sur trois pattes. Peut-être le retour de l’hiver au printemps ? Ou bien est-ce cette (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le dimanche 15 avril 2007

À L’OMBRE ET CLAIRONNANT

"Mieux vaut bouffon et célèbre que mort et oublié : la philosophie des plateaux de télévision prend un tour tragi-comique quand elle fait irruption derrière les hauts murs de la prison. Entre le taulard qui voit dans cette chronique une aubaine pour briser le silence et celui qui préfère qu’on lui foute une méchante paix, voilà que surgit Clairon, le Sancho Pança du pays carcéral.
LES GIBOULÉES BALAYENT LES COURS. Écrasé par un ciel plombé, le béton s’assombrit de pluie. Et la prégnance de (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le jeudi 15 mars 2007

VINGT ANS CHEZ LES SCHTROUMPFS

"Quand la vengeance d’État s’acharne, on n’a pas le coeur à fêter ses vingt ans d’exil au pays du dedans. Oui, déjà vingt ans que les militant(e)s d’Action Directe croupissent en prison. Bien qu’ils soient aujourd’hui tous libérables, l’État refuse de leur appliquer ses propres lois, qui permettraient pourtant une libération conditionnelle. Au hit-parade du placard, un seul refrain : jusqu’à quand ?
VINGT ANS JOUR POUR JOUR que je suis au trou. Drôle d’anniversaire ! Et je ne suis pas (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le jeudi 15 février 2007

NOËL AU LABO, PÂQUES AU FRIGO

"Encore plus qu’au-dehors, Noël en zonzon file le bourdon. Les boules qui ne décorent pas le sapin prennent d’autant plus de place au fond de la gorge. Taquine, l’administration pénitentiaire est allée y voir de plus près en distribuant pour Noël des batônnets de prélèvement ADN en guise de cadeau.
NOËL APPROCHE. Et au plus profond des cachots, une ambiance de festivité frelatée se répand telle une odeur nauséabonde. Bientôt le nouvel an. Mais de ce côté-là du mur, la Saint-Sylvestre n’a (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le lundi 15 janvier 2007

À LA PRISON COMME A LA GUERRE

"Aux États-Unis, la « haute sécurité » carcérale a servi de champ de manoeuvres aux ingénieurs de Guantanamo et aux tortionnaires d’Abou Ghraib. Cette militarisation n’épargne pas les prisons françaises. À quelles guerres nos matons encagoulés se préparent-ils ?
LE MOIS DE NOVEMBRE a été marqué par la campagne médiatique des « états généraux de la condition pénitentiaire ». Comme pour la vulgaire promotion d’une marchandise ou d’un candidat, spécialistes et bonnes âmes se sont succédé sur (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le vendredi 15 décembre 2006

LE SYNDROME DU BROCOLI

"Quand l’usine chimique de Lannemezan dégueule ses fumées puantes dans nos cellules, l’infirmière nous explique : « Ce que vous sentez, ce sont les brocolis. » Ainsi va le baratin de la pénitentiaire. Les maladies, les coups de schlague, l’agonie d’une perpète sans permissions ? La faute aux brocolis !
UN SOIR, AU JOURNAL DE FRANCE 3, un membre du service médical de la centrale expliquait que l’essentiel des maladies rencontrées chez les prisonniers étaient d’ordre psychosomatique. Certes, (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le mercredi 15 novembre 2006

CREVARD DE CHEZ CREVARD

"À Lannemezan, la pénitentiaire gratte des bouts de chandelle en taillant dans les stages de formation et les activités sociales, mais claque des millions en nouveaux miradors haute sécurité. Le jus de crapaud s’épaissit et les détenus boivent la tasse.
LE CRÉPUSCULE NOUS ENVELOPPE d’un halo orangé. Dans la cour de promenade, nous nous rassemblons autour de la table de béton en attendant 18h30, l’heure de remonter en cellule. Nous tirons les minutes supplémentaires comme un condamné les (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le dimanche 15 octobre 2006

BEYROUTH SUR LANNEMEZAN

"Les hirondelles sont de retour sur le filin anti-hélico, ça sent la rentrée au pays des taulards. Auparavant, il a fallu supporter la canicule, l’absence de congés payés et la sono de l’atelier musique, dont le vacarme rappelait à un copain libanais les bombardements de Beyrouth. Ceux de 1982…
LA CLARTÉ D’UN SOLEIL PÂLE, le groupe des lève-tôt s’ébroue sur la pelouse. Par paquets de trois ou quatre, ils se racontent ce qu’ils ont vu hier soir à la télé. D’autres, les yeux dans le vague, (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le vendredi 15 septembre 2006

LE QUESTIONNAIRE À BADINTER

"Lancé en mai, le fameux questionnaire de l’Observatoire international des prisons, parrainé par Badinter, est enfin arrivé à Lannemezan. Les taulards jugent-ils leur sort « très satisfaisant, assez satisfaisant, assez insatisfaisant, très insatisfaisant ? » Notre envoyé spécial a coché la dernière case. L’ingrat !
C‘EST UNE FIN DE MATINÉE comme les autres. Une petite douzaine de prisonniers tournent en rond dans la cour en espérant l’heure du repas. Un brigadier débarque les bras chargés (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le samedi 15 juillet 2006

PENDANT QUE LE LOUP N’Y EST PAS

"Une tentative d’évasion, une vraie, comme dans les films : un plan minutieusement réfléchi, des outils astucieusement chouravés, une porte de cellule découpée telle une boîte de conserve… Opération porte ouverte à Lannemezan ! Et presque réussie, révèle notre reporter.
UN BEAU SOLEIL nous arrache à la torpeur grise des murs. En escadrille serrée, les hirondelles dessinent des cercles dans le bleu du ciel. Les détenus s’immobilisent près des carrés de jardin où fleurit la primevère. L’air (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le jeudi 15 juin 2006

UNE JUSTICE TRÈS « SPÉCIALE »

"Depuis le 1er mai, les demandes de libération conditionnelle des prisonniers politiques sont traitées par un magistrat spécial de la 14e section « antiterroriste » de Paris, plus rosse que les juges classiques. Rétroactive, cette mesure frappe aussi notre correspondant en zonzon, qui constate : la justice d’exception devient la règle.
LA RUMEUR COURT les coursives et précède la visite de la conseillère en insertion et probation. Celle-ci me confirme l’info : « Désormais, vous ne dépendez (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le lundi 15 mai 2006

DU MARTINI DANS LE MOLOTOV

"Chez les taulards à perpette de Lannemezan, la déferlante anti-CPE a été suivie d’un oeil plus rigolard que passionné. La précarité ? En zonzon, elle a depuis toujours quelques longueurs d’avance. Le plus beau, c’est que pour bénéficier d’une libération conditionnelle, le détenu doit nécessairement avoir un CDI en béton. Mais pour notre correspondant, les images de la lutte évoquent aussi quelques bons souvenirs…
LA VOIX AU BOUT DU FIL me questionne : « Comment en zonzon voyez-vous la (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le samedi 15 avril 2006

LA GUEULE DE BOUALEM

"Suite à la sortie d’un livre relatant les méthodes d’investigation de certains policiers (suspects torturés, preuves bidons) , une photo a fait le tour de la presse : on y voit une gueule cassée, tuméfiée par les coups d’une garde à vue. Cette photo, c’est celle de Boualem, un des compagnons de perpette de notre correspondant en taule.
À LANNEMEZAN, NOUS SOMMES une dizaine de prisonniers politiques, condamnés à vie pour la plupart. Comme si la perpette était inhérente à la condamnation (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le mercredi 15 mars 2006

ON N’EST PAS DES CHIENS

"Dans son rapport de janvier,la Cour des comptes souligne qu’« un effort considérable a été porté sur les problèmes de sécurité afin d’éviter la révolte des prisons ». Effort considérable, certes, mais sans garantie de résultat, comme le constate notre envoyé spécial derrière les verrous. Le printemps carcéral sera-t-il chaud ?
« NUL DE NOUS n’est sûr d’échapper à la prison. Aujourd’hui moins que jamais. Sur notre vie de tous les jours le quadrillage policier se resserre : dans la rue et sur (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le mercredi 15 février 2006

DÉLIBÉRÉ, NULLITÉ ET QUELQUES BILLES

"Le délibéré concernant les trois pas-évadés de la zonz’ de Moulins (voir CQFD n°29) s’est soldé par cinq ans pour Schleicher (sept ans requis), sept ans pour Pédron (neuf ans requis) et dix ans pour Ghellam, qui se défendait seul (dix ans requis). On appréciera la largesse des juges face au devoir d’évasion plaidé.
Quant à la plainte de l’Administration Pénitentiaire contre L’Envolée pour « diffamation publique envers une administration publique », elle a été déclarée nulle par (…) "[...]
Par par Marius Frehel. Article paru le mercredi 15 février 2006

SEUIL DE TOLÉRANCE

"Cyril Khider est en grève de la faim depuis plus d’un mois. Il a perdu douze kilos et vient d’être transféré d’urgence dans l’unité médicale de Bois-d’Arcy. En détention provisoire depuis 2001 pour avoir tenté, à bord d’un hélico, de délivrer son frangin Christophe, condamné à trente ans de cabane pour divers braquos et la mort accidentelle d’un homme. Comme lors de cette tentative d’arrachage, ils ont pris en otage deux matons et en ont blessé un, l’engeance matonne en fait voir des vertes (…)"[...]
Par par Marius Frehel. Article paru le dimanche 15 janvier 2006

EN AVANT, MARCHE ! UNE, DEUX !

"Pour Noël, les matons ont reçu une belle panoplie de combat, avec rangers, treillis, galons, menottes et fusils à pompes. Même les dirlos de la pénitentiaire se sanglent dans des uniformes noirs pour inspecter les détenus. Notre correspondant en taule constate : l’air du temps pue le chou rance des casernes.
AU COURS D’UN ZAPPING TARDIF, je tombe par hasard sur l’interview d’un historien italien. Il explique avoir étudié au jour le jour les quotidiens parus l’année précédant l’avènement du (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le dimanche 15 janvier 2006

LE BÉTON PARLE AU BÉTON

"Les émeutes de novembre ont été suivies à la loupe par les détenus de Lannemezan, dont le béton n’est jamais loin de prendre feu. Qu’elle soit carcérale ou urbaine, la zone est abonnée à la force, à l’arbitraire et aux sornettes des galonnés. À une nuance près : en taule, le marché du travail est plus sauvage encore qu’à l’extérieur.
DANS NOS VILLES, C’EST L’ÉMEUTE. Les bagnoles crament et les gremlins caillassent les condés. La télé nous abreuve d’incendies et de racisme ordinaire. Face (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le jeudi 15 décembre 2005

LA LOI N’EST PLUS LA LOI

"L’article 721 du Code de procédure pénale ne faisait pas l’affaire de l’administration, qui a décidé de le cuisiner à sa sauce en remplaçant un mot par un autre. Résultat : des mois de réduction de peine en moins pour les taulards. S’ils veulent sortir, ils n’ont qu’à se soustraire à la seule loi qui vaille vraiment : celle du pognon.
LES ÉTABLISSEMENTS POUR PEINE connaissent depuis quelques semaines un émoi ayant conduit à des mouvements de protestation et à l’intervention des encagoulés. (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le dimanche 20 novembre 2005

AU PARADIS DES REPENTIS

"La réponse à la demande de conditionnelle de Jann-Marc Rouillan vient enfin de tomber : c’est non, car il n’a toujours pas expié ses péchés.Après dix-huit ans de cabane,il faut encore montrer patte blanche et se signer de l’autre, de préférence à genoux. Heureux les repentis car le paradis de la conditionnelle leur appartient !
NEUF MOIS APRÈS ma demande de libération conditionnelle, grands seigneurs, les magistrats ont enfin daigné me répondre. Sans surprise, leur refus sous forme (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le mardi 15 novembre 2005

LIBÉRATION AU CONDITIONNEL

"Cet été, notre correspondant permanent au pénitencier comparaissait devant le Tribunal d’application des peines. Mais après seulement dix-huit ans de cabane, une libération anticipée n’est pas dans l’air du temps… Le même jour, la France recevait le criminel de guerre libanais Samir Geagea. Qui, lui, mérite bien sa liberté.
Centrale de Lannemezan, 27 juillet 2005. Le Tribunal d’application des peines de Tarbes siège dans la salle des parloirs avocats. Trois juges, un procureur, le (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le jeudi 15 septembre 2005

CACHOT BOUILLANT

"En prison, le soleil d’été ne fait toujours pas fondre les barreaux. Mais il cuit à grand feu ceux qui vivent derrière. Dans le béton chauffé à blanc de Lannemezan, même les courants d’air sont interdits de visite. Dix mètres carrés d’ombre dans la cour de promenade, ça fera l’affaire pour les vacances.
Dans notre pays du dedans, la canicule existe aussi. Derrière les hauts murs gris, pas de climatiseur, ni de sieste sur l’herbe fraîche, ni de baignades dans les calanques : nous survivons (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le vendredi 15 juillet 2005

LA FOIRE AU SCARABÉES

"Opération fouille à la centrale de Lannemezan : les encagoulés cassent les tables, descellent les chiottes, saisissent un emballage de Ricoré qui aurait pu servir à fabriquer une bombe… La prison titube, l’instant s’immobilise. Bilan : une vedette du fait divers passée à tabac.
Les maisons centrales sont des machineries à compresser l’instant jusqu’à ce qu’il ne soit plus qu’un grain de sable. Insignifiant, identique au précédent et au suivant, il roule et s’engloutit dans le gigantesque (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le mercredi 15 juin 2005

SUFFRAGE EN CAGE

"Les prisonniers aussi ont droit à de beaux référendums. À la centrale de Lannemezan, la consultation populaire était consacrée à un enjeu autrement plus décisif que la Constitution européenne : le choix de deux nouvelles chaînes de télé… Mais la direction n’a pas apprécié le résultat du scrutin.
Nous sommes les réprouvés, ceux dont la bobine fut exposée à la une en guise de pilori moderne. Ceux qui furent jugés coupables et condamnés. Et les magistrats nous expédièrent manu militari dans (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le dimanche 15 mai 2005

LES ECLATS DE RIRE DE MUMIA

"Comment décrire en si peu de lignes l’expérience de ma visite, l’été dernier, à Mumia Abu-Jamal dans le couloir de la mort de Waynesburg, isolé à huit cents bornes de Philadelphie ? Comment restituer le choc émotionnel produit par la rencontre de deux générations (Mumia 50 ans, moi 18 ans) dans une prison high-tech totalement déshumanisée ? Comment rapporter ce qu’ont été nos sept heures de discussions passionnées tout en résumant les vingt-trois ans d’incarcération, de combat juridique et (…)"[...]
Par par Yannick Sanchez. Article paru le dimanche 15 mai 2005

LIMITATIONS DE VIE

"Depuis plus d’un an, le correspondant à perpèt’ de CQFD décrit les dérives buissonnières des maisons centrales de sécurité. Ce mois-ci, il nous raconte l’étrange épidémie qui frappe les détenus des « établissements à effectifs limités » : limités surtout par le plomb, la corde et les récidives dont on ne revient pas.
Les taules baptisées « établissements à effectifs limités » hébergent à peine quelques centaines de pensionnaires, un millier tout au plus. Les pires, au dire du ministère et (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le vendredi 15 avril 2005

LA PANOPLIE DU MATON

"Dans les corridors de l’administration pénitentiaire, la mode est au western mâtiné CRS : costumes noirs, cagoules, rangers cloutés, gants matelassés, fusils à pompes, balles anti-émeutes… Les taules se transforment en commissariats de couvre-feu, la détention en garde à vue illimitée. L’air du temps est du bleu des gyrophares.
Nos matons ont toujours rêvé de ressembler à des policiers. Et le discours de leurs syndicats sur le manque d’effectifs pour accomplir les tâches de réinsertion (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le mardi 15 mars 2005

MA DERNIÈRE NUIT À FRESNES

"Après avoir voyagé en quelques mois de Moulins-Yzeure à Fleury-Mérogis et de Fleury-Mérogis à Fresnes, Rouillan poursuit son tour de France carcéral. Cette fois, les guides encagoulés lui font découvrir la centrale de Lannemezan, destination finale du voyage des fous et des enragés.
Début décembre, ils m’ont fait préparer le paquetage et je les ai suivis dans un nouveau jeu de piste à l’envers pour la levée d’écrou : la fouille, le greffe, les empreintes, les salles (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le samedi 15 janvier 2005

LOFT-STORY CARCÉRAL

"Quand la mode du reality-show entre en prison, il en ressort « 9m2 », sit-com carcérale garantie sans matons, sans bagarres, sans rêves de cavale. Et, plus incroyable que tout pour un habitué du placard : sans cris et sans vacarme. On y passerait presque ses vacances.
Voilà, il fallait bien que ça arrive. La mode est au reality-show et plus aucun domaine de la vie des hommes et des femmes n’échappe à la moulinette du faux vécu… Après le Loft, le lycée et la ferme, aujourd’hui, la prison (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le mercredi 15 décembre 2004

EXTORSION DE REGRETS

"En dix-huit ans de prison, c’est toujours la même question qui revient sur les lèvres de l’ordre carcéral : « Regrettez-vous ? » Sans repentir, pas de libération conditionnelle. Sans soumission à leur chantage, pas d’espoir que les portes s’entrouvrent. Mais cette extorsion ne vise qu’une catégorie de taulards bien spécifique.
Fresnes, 2e division Nord, 1er étage. Voilà déjà cinq mois que l’administration me bloque dans les maisons d’arrêt de la région parisienne. Et aucune nouvelle d’un (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le lundi 15 novembre 2004

« SI TU VEUX REVENIR ENTIER, TIENS-TOI À CARREAU »

"Suite à sa plainte pour « coups et violences » contre les surveillants encagoulés de Moulins-Yzeure, Jann-Marc Rouillan a été convoqué fin septembre chez une juge d’instruction. Et qui se charge de l’y conduire ? À nouveau les matons à cagoules… Qui ont décidément du mal à réfréner leurs pulsions.
A la télé, quelques brèves images volées lors de l’incarcération d’Yvan Colonna ou d’une tête d’affiche du fait divers révélaient l’étendue de l’actuelle paranoïa pénitentiaire, du moins à ceux (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le vendredi 15 octobre 2004

LE QHS DE FLEURY PREND UN COUP DE JEUNE

"Le QHS nouveau est arrivé. La nostalgie des années 70 n’ayant pas épargné l’administration pénitentiaire, celle-ci vient de rouvrir le Quartier de Haute Sécurité de Fleury-Mérogis, fermé depuis 1981. Notre collaborateur Jann-Marc Rouillan y a séjourné une partie de l’été. Après les tortures subies à Moulins (voir CQFD n°14), et avant un énième transfert vers d’autres cieux carcéraux, c’était l’occasion de visiter les murs rendus célèbres par Mesrine.
A la fouille, lorsque le brigadier dit (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le mercredi 15 septembre 2004

LES MATONS DE MOULINS ONT LES TYMPANS FRAGILES

"Après trente jours de mise en quarantaine à Fleury-Mérogis (lire CQFD n°13), notre reporter Jann-Marc Rouillan peut enfin ôter sa muselière et reprendre sa chronique où il l’avait laissée il y a deux mois : dans la routine du bunker de Moulin-Yzeure, juste avant que ne déboulent les cagoules.
Lundi 17 mai. Au rez-de-chaussée devant la télé, la question de la torture tomba sur le tapis après quelques images volées à Abou Ghraib. Nabil, Fati, José… se remémorèrent les brutalités et (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le jeudi 15 juillet 2004

JEAN-MARC ROUILLAN A TESTÉ POUR VOUS LA TORTURE À LA FRANçAISE

"Jann-Marc Rouillan écrivait dans CQFD depuis janvier. Tous les mois, notre « correspondant permanent au pénitencier » veillait, depuis son « bunker » de Moulins-Yzeure, à nous faire parvenir sa chronique en temps et en heure, bien calibrée pour tenir dans sa page, un vrai boulot de pro, tel qu’on n’en voit pas chaque jour dans un canard de chômedus ensoleillés. Quand son papier nous arrivait par un chemin détourné, on oubliait, le temps de la lecture, que l’auteur de cette prose gorgée de (…)"[...]
Par par Olivier Cyran. Article paru le mardi 15 juin 2004

AUSCULTÉ ESCORTÉ EN CHAUSSETTES ET ENCHAÎNÉ

"Avril 2004. Alors que la justice vient de condamner Nathalie Ménigon à ne pas sortir vivante de prison, son camarade Jann-Marc Rouillan est extirpé du bunker de Moulins-Yzeure pour une hospitalisation sous étroit contrôle d’un peloton encagoulé. « Une, deux, trois perpettes !… J’en vois un qui bouge encore ! »
Hôpital Lyon Sud, début avril. Au bout d’un long couloir sombre, l’escorte m’accompagne jusqu’à la cellule 19, la plus éloignée des sas blindés de la porte d’entrée, sans doute pour (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le samedi 15 mai 2004

Libération anticipée entre quatre planches

"Roland devait sortir libre avant l’été. Mais c’est dans une caisse en sapin qu’il a quitté la centrale de Moulins Yzeure, ses quartiers d’isolement, ses commandos cagoulés et ses cellules rongeuses. « Je te raconterai des histoires pour tes bouquins », avait-il promis à Jann-Marc Rouillan.
Depuis la chronique du mois passé, le pouls de la centrale a battu fort, les événements se sont précipités. Combien se trompent ceux qui pensent qu’entre quatre murs il ne se passe rien ou pas grand-chose (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le jeudi 15 avril 2004

Compte à rebours à perpétuité

"A la centrale de Moulins-sur-Yzeure, Jann-Marc Rouillan fête le dix-septième anniversaire de son incarcération. Condamné à une perpétuité « incompressible » de dix-huit ans de prison, il n’a plus que 365 jours à attendre avant de déposer sa première demande de libération conditionnelle. Puis encore 365 jours… Le compte à rebours a commencé.
Ce matin, sans que je sache pourquoi, le vieux réveil résonna dans ma viande et, avec lui, la mémoire d’un anniversaire… Alors, les yeux clos, les (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le lundi 15 mars 2004

Chaos sous contrôle à l’étage Apollinaire

"Extirpé de la Centrale d’Arles pour cause d’inondation, Jann-Marc Rouillan s’immerge dans le bunker de Moulins-Yzeure. Prêtre compatissant, direction sur les dents, stratégie de la tension maximale : « il faut que le taulard pue le taulard ». Heureusement, Apollinaire est dans les murs. Suite de notre feuilleton pénitentiaire.
Moulins le bunker. Après dix jours d’isolement, j’atterris en détention… Cellules de béton gris bleu et couloirs au registre jaune pisseux. Au matin, je stationne (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le dimanche 15 février 2004

Inondation policière à la prison d’Arles

"Début décembre, les eaux du Rhône envahissent la centrale d’Arles. Pour ouvrir les portes de la prison bloquées par la montée des eaux, il faut scier les barreaux du rez-de-chaussée. Une « évasion » de courte durée : encadrés par 70 CRS et des matons cagoulés en renfort, les détenus sont transférés vers d’autres placards. Pour CQFD, notre envoyé spécial Jean-Marc Rouillan raconte sa mise au sec à la prison-bunker de Moulins-Yzeure.
Aux alentours de huit heures du soir, je débarque à la (…) "[...]
Par par Jann-Marc Rouillan. Article paru le jeudi 15 janvier 2004

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |