RSS CQFD



AGENDA CQFD

Nouveau site, qu’on vous dit !

Hé ! Pour l’agenda comme pour le reste, ça se passe ici maintenant : www.cqfd-journal.org

o-OO-o

ÇA BRÛLE !
Encore ici ?

Ah mais, c’est qu’on a des lecteurs têtus !

L’équipe de CQFD


du N°007
Le code du travail « toiletté » par le DRH de Renault

C’est un vieux, un très vieux fantasme patronal que le gouvernement s’apprête à exaucer : réduire le code du travail au format kleenex, se moucher dedans et balancer le machin au nez des « partenaires sociaux » qui, avec un peu de chance, l’avaleront sans plus d’histoires. Fin novembre, le ministre des Affaires « sociales », François Fillon, a en effet nommé une commission de neuf membres chargés de « toiletter » (sic) le code du travail. Leurs conclusions devront (...)

>>suite>>
 
Faux amis

Christophe Aguiton

Parmi les « contradicteurs » de Nicolas Sarkozy, dégradés en faire-valoir le temps d’une émission de promo ministérielle (« 100 minutes pour convaincre », France 2, 19/11), Christophe Aguiton était visiblement le plus satisfait de son rôle. Arborant le sourire autobronzant d’un moniteur de surf, le « représentant de la mouvance altermondialiste » a su prouver au moins une chose : il était content d’être là. Un exploit d’autant plus remarquable que le casting convoqué autour du ministre de l’Intérieur avait de quoi donner la jaunisse à quiconque rêvait d’un « autre monde » : deux journalistes complaisants, un maire socialiste venu certifier que lui aussi sait mater le délinquant, un prédicateur suisse qui trouve que la lapidation des femmes, ma foi, ça se discute, et un Le Pen imitateur de Jean-Marie. Déjà, le seul fait d’accepter une figuration dans cet appareillage avait valeur de positionnement. Par sa présence, Aguiton accréditait (...)
>>suite>>
Agression sonore
>

C’est curieux, Sarkozy n’a toujours pas annoncé de loi pour interdire le bruit dans les manifs. Jusqu’à quand la police devra-t-elle tolérer le tapage des agitateurs qui, non contents de descendre dans la rue, osent en plus s’y faire remarquer ? La justice, elle, a entendu la détresse auditive des forces de l’ordre : le 4 décembre, le tribunal de Montbéliard condamnait une manifestante de 62 ans à cinquante heures de travail d’intérêt général pour « agression sonore », perpétrée au moyen d’un mégaphone. C’était le 30 juin dernier. A l’occasion d’une visite à Montbéliard de la ministricule à la Recherche, Claudie Haigneré, une manifestation organisée par Attac et la Confédération paysanne déambule pour protester contre les OGM et la détention de Bové. Une retraitée, Marie-Ange Debard, se dévoue pour amplifier les slogans du cortège. Mais tout près d’elle, il y a la police. Or la police a les tympans douillets. Frappés de « troubles acoustiques, d’acouphènes et de maux de tête » (sic), une dizaine d’agents s’empressent de porter plainte. Certes, on pourrait objecter que les flics à l’ouïe délicate n’avaient qu’à dégager de là : personne ne les avait invités. Mais ce serait oublier la grave menace que la Conf’ et Attac font peser sur l’ordre public. De l’arrachage de maïs transgénique au vandalisme de rue, il n’y a qu’un pas que la police, par un quadrillage massif et serré, a pour devoir de réprimer. Quitte, pour cela, à casser vraiment les oreilles à tout le monde, et même le reste. Condamnée pour « violences sur personnes dépositaires de la force publique », Marie-Ange refuse de purger sa peine. « Si on accepte d’être coupable pour ça, tous les manifestants de ce pays sont susceptibles d’être jugés », a-t-elle déclaré. Du coup, elle encourt jusqu’à trois ans de prison. C’est plus de temps qu’il n’en faut pour rendre obligatoire le port du bâillon.

Publié dans CQFD n°6, décembre 2003.

 
Gymkhana Christian Bouillé, adjoint au maire PS de Montpellier, à propos de l’achat de trois bolides américains (à 40 000 euros pièce) destinés à la police municipale : « Ces voitures ont un châssis renforcé, un ceinturage acier de protection latérale des portes, des vitres haute-densité, des suspensions renforcées qui permettent le gymkhana, des portes arrière s’ouvrant de l’extérieur uniquement. » (La Gazette de Montpellier, 14-20/11/03). Et bientôt, des Ferrari blindées pour les agents des parcs et jardins. Droit de réponse Dans son n°1 (mai 2003), CQFD racontait la manif nîmoise organisée à la mémoire de Mourad, 17 ans, tué en mars 2003 par un gendarme. « Pas un seul représentant d’Attac ou de ses sous-traitants n’y était visible », déplorait notre équipe après avoir parcouru le cortège pendant deux heures. Cinq mois plus tard, le comité Attac-Nîmes s’insurge et nous envoie cette mise au point : « Eh bien, nous y étions, plusieurs membres du CA d’Attac Nîmes, dont la vice-présidente de l’époque, aujourd’hui présidente. Certains, des profs, portaient le badge Attac. » Peut-être qu’ils devraient porter des badges plus gros ? Désolé, on s’excuse, on n’avait pas vu. « Même si nous avons des différences idéologiques et des modalités d’action distinctes, poursuit Attac, nous travaillons tous pour la transformation radicale de notre société, pour l’accès de tous aux biens publics (...)
>>suite>>

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |

NUMEROS PRÉCÉDENTS
CQFD au quotidien
THÈMES
-Armement
-Guerres
-Chômage
-Foulard et laïcité
-Faux amis
-Genres
-Exils et expulsions
-Luttes sociales
-Médias
-Patrons
-Science contre capital
-Sécuritaire
-Musique
-Livres
-Chroniques
-A l’arrach’
-Ecologie
-Chronique carcérale
-Santé
-Dessins
-Anthologie
-Courrier des lecteurs
-Fascisme

…du retour à l’emploi « Il faut convaincre les demandeurs d’emploi d’aller vers ces métiers du bâtiment, de la restauration, des services à la personne, etc. » François Fillon Les Echos, 20/11/03 « Habileté manuelle et amour du travail bien fait sont indispensables pour les métiers en cuisine, tandis que les métiers en salle requièrent enthousiasme, dynamisme et sens du contact. [...] Si vos chances de trouver un emploi dans la restauration sont grandes, sachez cependant que votre salaire de débutant dépassera rarement le Smic, alors que vous travaillerez dix à douze heures par jour. En salle, il est possible d’augmenter ses revenus grâce aux pourboires. » Communiqué de l’ANPE lu le 04/12/03 sur le site www.anpe.fr « Il ne faut pas négliger la montée d’un mécontentement profond de la part de beaucoup de Français par rapport à ceux qui sont en situation d’assistance. » François Fillon La Provence, 01/12/03 « Ce partenariat [entre l’ANPE et les (...)