RSS CQFD



AGENDA CQFD

Nouveau site, qu’on vous dit !

Hé ! Pour l’agenda comme pour le reste, ça se passe ici maintenant : www.cqfd-journal.org

o-OO-o

ÇA BRÛLE !
Encore ici ?

Ah mais, c’est qu’on a des lecteurs têtus !

L’équipe de CQFD


du N°016
RIONS, DANSONS ET CHANTONS AVEC LA CONSTITUTION EUROPÉENNE

Merci à Dominique de Villepin ! Contre le projet de Constitution européenne, c’est le nobliau poudré de la maison poulaga qui a fourni l’argument décisif. C’était le 21 septembre sur France 3, chez la momie Christine Ockrent. Invité à faire la claque pour le catalogue libéral de Giscard, le ministre de l’Intérieur a lâché cette phrase merveilleuse : « Moi aussi, j’aurais voulu plus de social »... Bien sûr, il a aussitôt enchaîné sur « mais » : « mais » (...)

>>suite>>
 
FAUX-AMIS

LES DÉVELOPPÉS DURABLES

Tiens, qu’est-ce qu’elle devient, Nicole Notat ? L’ex-dame patronnesse de la CFDT ne fait plus guère parler d’elle. Et c’est bien dommage, car son cas démontre que le reyclage des déchets est une technique désormais bien maîtrisée. Comme il n’y a pas toujours un strapontin de libre au Sénat, c’est dans l’écologie bon teint que Notat s’est recasée. Via sa boîte, Vigeo, créée en 2002, la camarade s’occupe désormais de « la notation sociale et environnementale » des entreprises, un boulot pépère qui consiste à distribuer des bons points aux industriels soucieux de leur image « citoyenne et respon-sable ». Noble objectif, comme l’explique Notat sur le site de sa boîte : « Une notation sociale des entreprises permet aux investisseurs d’objectiver leurs choix de placement et aux dirigeants d’entreprises d’améliorer les performances de leur système de mana-gement. » Déjà entraînée à « objectiver » les (...)
>>suite>>
LÀ-BAS SI J’EN SORS
>

Le 4 octobre dernier, comme en chaque début de mois, Daniel Mermet recevait les gens du Monde diplomatique. Comme d’habitude, l’icône radiophonique de la gauche critique s’est livrée avec eux à de passionnantes critiques de gauche, disons-le sans ironie, car les espaces ouverts à la contestation sont rares sur France Inter. Sanctuaire étanche à la mélasse libérale, « Là-bas si j’y suis » est bel et bien la seule émission de service « public » à offrir un micro à ceux que les médias écartent ou maltraitent si souvent : ouvriers, chômeurs, acteurs du mouvement social, mais aussi intellectuels ou journalistes ayant des choses à dire, et parfois des choses à vendre. Mais ce 4 octobre, le rendez-vous mensuel avec le Diplo avait un petit air d’inachevé. Car il manquait un point à l’ordre du jour : la précarité. Non pas celle des caissières d’Auchan ou des working poors de George Bush, mais celle qui sévit au sein même de l’émission.

Lire la suite

 
Patriot Act Après les Arabes et les roqueforts, les Etats-Unis viennent d’identifier un nouveau membre de l’axe du mal : Indymédia, un réseaud’information créé dans la foulée du mouvement altermondialiste. Le 7 octobre, le FBI a fait injonction à l’hébergeur américain du réseau, Rackspace, de lui remettre le matériel de l’agence Indymédia de Londres. Rackspace s’est aussitôt exécuté, désactivant le serveur de son client sans même l’avertir. Le FBI s’en est pris aussi à Indymédia-Nantes, coupable d’avoir mis en ligne la photo de deux policiers suisses impliqués dans les matraquages du G8 d’Évian en 2003. Saisi par le procureur de Genève, le FBI a fait pression sur Rackspace pour que les photos soient retirées,en attendant les résultats de « l’enquête ». D’autres sites Indymédia dans le monde pourraient faire les frais de cette parano démentielle. Qu’attend Colin Powell pour enfermer José Bové à Guantanamo ? Réforme Le 4 octobre, les « partenaires sociaux » étaient convoqués chezle ministre délégué aux Relations du travail, Gérard Larcher, en vuede la prochaine grande réforme : le dépeçage du Code du travail. Les dernières petites contraintes que la loi s’obstine à faire peser sur lespatrons constituent en effet un obstacle à l’emploi, à la croissance et au dynamisme. Il faut donc « clarifier, sécuriser et moderniser » le Code du travail, comme l’a expliqué Gérard Larcher (...)
>>suite>>

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |

NUMEROS PRÉCÉDENTS
CQFD au quotidien
THÈMES
-Armement
-Guerres
-Chômage
-Foulard et laïcité
-Faux amis
-Genres
-Exils et expulsions
-Luttes sociales
-Médias
-Patrons
-Science contre capital
-Sécuritaire
-Musique
-Livres
-Chroniques
-A l’arrach’
-Ecologie
-Chronique carcérale
-Santé
-Dessins
-Anthologie
-Courrier des lecteurs
-Fascisme

... de l’inquisition moderne Cette anthologie accompagne l’article « L’inquisition médiévale a inventé Perben II » publié dans CQFD n°16, disponible actuellement en kiosques et librairies. « Il s’agit d’une justice plus simple et d’une justice acceptée qui soulagera significativement les tribunaux correctionnels. » Dominique Perben à propos de sa loi, 01/10/04 « Ce texte est tout sauf une restriction des libertés individuelles et des droits de la défense. En simplifiant la procédure pénale, il essaie de sortir de l’hypocrisie qui fait semblant de croire que l’on peut juger sereinement dans les tribunaux correctionnels quand on a par exemple 35 dossiers dans l’après-midi, alors qu’avec le plaider coupable, celui qui reconnaît avoir commis une faute a la possibilité avec son avocat de dialoguer avec l’institution judiciaire. » Dominique Perben 05/02/04 « Le temps de la contestation de cette loi est terminé. (...)