RSS CQFD



AGENDA CQFD

Nouveau site, qu’on vous dit !

Hé ! Pour l’agenda comme pour le reste, ça se passe ici maintenant : www.cqfd-journal.org

o-OO-o

ÇA BRÛLE !
Encore ici ?

Ah mais, c’est qu’on a des lecteurs têtus !

L’équipe de CQFD


du N°018
TOUS AU CHÔMAGE !

« Car ils ne savent pas qu’à force de ne pas travailler, ils ne travailleront plus du tout... Ils seront tous au chômage ! » À quelques jours de Noël et les poches déjà pleines de cadeaux gouvernementaux, le patronat français continue à se faire de la bile. Serge Dassault (fabricant d’armes et magnat de la presse par la bonne grâce de papa) geint, se lamente, nous tance et nous menace. C’était en direct sur France Inter, le 10 décembre 2004, tôt le matin, alors que ces (...)

>>suite>>
 
FAUX-AMIS

LA CGT

Après plusieurs mois de « débats » médiatiques à tir tendu concluant à l’impérieuse nécessité du « oui », tous les syndicats de France ont affiché leur choix : « oui » pour les syndicalistes raffarinés de la CFDT, « oui » pour les cadres polis sur cravate de la CFTC, « non » pour les empêcheurs d’opiner en rond de SUD... Tous, sauf la CGT. À propos d’un texte qui prétend soumettre l’Europe à la loi éternelle de la concurrence et du libre marché (inscrite dans le titre III du traité giscardien), ce n’est pas sans une réelle compassion que l’on a vu le premier syndicat des travailleurs de France hausser les épaules, se gratter la tête et bafouiller dans le micro : sans opinion. « Nous voulons privilégier la phase d’information de nos adhérents avant de prendre précisément position », éludait en octobre son secrétaire général Bernard Thibault, qui promet une réponse tranchée pour « courant 2005 ». La veille ou le lendemain du référendum ? (...)
>>suite>>
L’AXE DU BIEN PERD DES BOULONS
>

Répandre les bienfaits du capitalisme aux quatre coins du monde n’est pas une sinécure. Le Pentagone, qui doit pour cela entretenir un archipel mondial de bases militaires tout en poursuivant la guerre en Afghanistan et en Irak, rencontre des difficultés croissantes avec son petit personnel. Le corps d’élite des Marines, qui aurait besoin de trois mille hommes de plus, a déjà du mal à garder ses soldats les plus expérimentés alléchés par les salaires mirobolants des mercenaires en Irak. Du coup, l’état-major leur offre des primes de réengagement pouvant atteindre 30 000 dollars, parfois exemptées d’impôts. Ce qui n’a pas empêché les piou-pious de rouspéter auprès de Donald Rumsfeld lors de sa dernière visite à Bagdad. De leur côté, les « week-end warriors » de la réserve ont le blues. Depuis le 11 septembre 2001, 90 000 gardes nationaux ont été déployés à l’étranger, dont 35 % à plusieurs reprises. Résultat : en octobre, le recrutement de la garde nationale avait baissé d’un tiers. Devant ce manque de main d’œuvre et d’élan patriotique, les rumeurs de rétablissement de la conscription se multiplient. Au Vietnam, la guerre commencée en 1961 avait nécessité l’envoi massif d’appelés à partir de 1965. Avec le résultat que l’on sait. En Irak, qui sait dans combien de temps les États-Unis sonneront le tocsin mobilisation générale ? Vous avez aimé le bourbier vietnamien ? Vous adorerez les sables mouvants irakiens.

Publié dans CQFD n°18, décembre 2004.

 
FLUOR Colgate-Palmolive, le géant mondial du dentifrice et du liquide vaisselle, a annoncé le 7 décembre un plan mondial de restructuration qui va entraîner 4 500 licenciements sur quatre ans, soit 12 % des effectifs, et la fermeture d’un tiers des 78 usines du groupe. Cette gestion de bon père de famille devrait rapporter 300 millions de dollars, ce qui n’est pas du luxe vu qu’en 2003 le groupe n’a réalisé que 1,4 milliard de dollars de profits. Le bonus dégagé par la compression du petit personnel va permettre « une croissance supérieure des bénéfices et davantage de dépenses dans la publicité », a expliqué sans hypocrisie le pédégé de Colgate, Reuben Mark. À noter que le revenu annuel du patron est de 141 millions de dollars, stock-options comprises. À vue de nez, ça fait environ soixante-dix millions de tubes de dentifrice. Pour faire briller l’émail de dents aussi longues, ça n’est pas de trop. COMPLICITÉ Nouvelle règle de l’hospitalité : demander le CV de votre hôte sur le pas de la porte et s’assurer qu’il n’a jamais croisé un quidam lesté d’un casier judiciaire. Même si l’hôte en question n’a que trois ans. Pour avoir négligé cette formalité, Thyde Rosell et Jean-Marc Raynaud, militants de la Fédération anarchiste, se sont fait cueillir le 30 novembre par le SRPJ de Poitiers pour complicité dans une entreprise terroriste. Leur crime ? Avoir hébergé un bambin qui s’est révélé (...)
>>suite>>

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |

NUMEROS PRÉCÉDENTS
CQFD au quotidien
THÈMES
-Armement
-Guerres
-Chômage
-Foulard et laïcité
-Faux amis
-Genres
-Exils et expulsions
-Luttes sociales
-Médias
-Patrons
-Science contre capital
-Sécuritaire
-Musique
-Livres
-Chroniques
-A l’arrach’
-Ecologie
-Chronique carcérale
-Santé
-Dessins
-Anthologie
-Courrier des lecteurs
-Fascisme

... des menteries municipales. Cette anthologie accompagne l’article « Les clones de Juppé envahissent le centre de Bordeaux » publié dans CQFD n°18, disponible à partir du 17 décembre en kiosques et librairies. Au téléphone avec le service du droit de place de la mairie de Bordeaux « Bonjour monsieur, je voudrais savoir comment on fait pour avoir un emplacement sur le marché Saint-Michel. Pour du vêtement ou de l’alimentaire ? Fruits et légumes. Actuellement, la mairie ne donne pas d’emplacement. Ah, bon. Pourtant, j’ai vu qu’il y avait des places libres... Oui, mais la politique de la mairie, en ce moment, c’est de renvoyer les marchands vers le marché des Capucins. » Au téléphone avec Mme Walter, au service de presse de la mairie de Bordeaux « Le marché n’est pas du tout voué à disparaître, loin de là. Les marchands qui partent sont remplacés. Ce n’est pas ce qu’on m’a dit au service du “ droit (...)