RSS CQFD



AGENDA CQFD

Nouveau site, qu’on vous dit !

Hé ! Pour l’agenda comme pour le reste, ça se passe ici maintenant : www.cqfd-journal.org

o-OO-o

ÇA BRÛLE !
Encore ici ?

Ah mais, c’est qu’on a des lecteurs têtus !

L’équipe de CQFD


du N°019
AU SECOURS, LA CROIX-ROUGE !

Le jugement est tombé le 11 janvier. Suite à la plainte en diffamation déposée contre CQFD par la Croix-Rouge française et son ex-président, Marc Gentilini (parti en décembre, juste avant le tsunami, et qui doit se mordre les doigts en voyant son successeur lui voler la vedette sur tous les écrans du grand charity-show actuel), la 17e chambre correctionnelle de Paris nous a condamnés à 500 euros d’amende et à 1 euro symbolique de dommages et intérêts, seulement de Gentilini, pas pour (...)

>>suite>>
 
FAUX-AMIS

LES CHARITABLES

Samedi 8 janvier, Thierry Ardisson recevait Bernard Kouchner. Entre une tranche de vedette comique et une garniture de mannequin, le Monsieur « Je-suis-trop-bon » du PS était venu intercaler un cœur gros comme ça en faveur des populations asiatiques frappées par le tsunami. N’oubliez pas, a-t-il sermonné les téléspectateurs qui auraient hésité encore, n’oubliez surtout pas d’envoyer un SMS à 1 euro au Secours catholique. Les principaux ingrédients de la marmelade humani-taire servie depuis le 26 décembre se trouvaient réunis dans cette prestation : le plateau de télé, le divertissement compassionnel, les opérateurs de téléphonie mobile, la charité d’autant mieux ordonnée qu’elle ne s’encombre ni de justice ni de pudeur, et puis l’ancien ministre des bonnes causes, celui-là même qui voici un an se faisait payer par Total un rapport de complaisance sur la Birmanie. À noter que Total a engrangé en 2004 un bénéfice net de 9 milliards (...)
>>suite>>
CARTE POSTALE DE THAÏLANDE
>

Nous étions sur l’île de Koh Payam au sud-est de la Thaïlande quand a eu lieu le tremblement de terre. Koh Payam est une île de 35 km2 où il n’y a qu’une route en ciment. Ses habitants vivent principalement de la pêche, de la culture de cajous et de cocos et, depuis peu, du commerce lié au tourisme. Nous avons mangé de la vague à foison, mais la configuration de l’île (montagnes, baies, pas de grandes plages) et la bonne étoile ont évité carnages et gros dégâts comme à Phuket, plus au sud. Les îliens, très solidaires, ont mis l’école à disposition des sans-abri. Les gens leur préparent et apportent des repas. Dès le lendemain du tsunami, l’armée thaï a affrété une frégate et réquisitionné des bateaux de pêche pour évacuer les quelque deux cents touristes, et les autres ont vidé les lieux en trois jours. La télévision est relativement peu présente, hormis chez les riches et dans les bars-restos, tenus pour la plupart par des occidentaux. Internet a fait son apparition sous la forme de cyber-machins à la location/minute exorbitante. Se parler autour d’un thé ou d’un viski permet de se raconter et de prendre des nouvelles.

Les bulletins d’info de CNN-Asie nous ont fait prendre conscience de l’ampleur du cauchemar mais surtout, une fois encore, de la surenchère des marchands d’images et du cynisme de leurs crapules de sbires de journalistes. Leur pseudo pitié était de bon ton dans le spectacle proposé. Chaque flash se concluait par un compte-rendu de l’évolution des principales cotes boursières amies, le pétrole indonésien en particulier. Il ne reste plus aux habitants qu’ à nettoyer les immondices charriées par les eaux, aux pêcheurs à remonter dans leurs barques et aux paysans à préparer les futures récoltes. En tout cas, les voix ici sont toujours aussi douces, les gestes économes et précis. Le regard des blancs est hagard (que peut-on faire maintenant qu’il n’y a plus de plage ?) Moins que jamais l’information est la connaissance, plus que jamais il faut avoir la dignité d’éteindre sa télé.

Sidi Gaston, Koh Payam

Publié dans CQFD n°19, janvier 2005.

 
Négociateur > Il n’y a pas que pour l’Irak ou la Côte d’Ivoire que l’on recrute des mercenaires. Pour preuve, cette petite annonce trouvée le 7 janvier à Saint-Quentin (Aisne) par un militant d’AC : « Expectra, n°1 de l’intérim haute compétence, recrute pour un de ses clients un responsable ressources humaines. Mission : au sein d’un site de production, vous mettez en œuvre un plan social et supprimez cinquante postes. Vous négociez avec les partenaires sociaux, vous établissez les livres, vous mettez en place les procédures de licenciement et participez à la réorganisation du site. Vous prenez contact avec des partenaires extérieurs dans le cadre du reclassement des salariés. Cette mission d’une durée de 3 mois, basée à Saint-Quentin, est à pourvoir de manière urgente. De formation bac +2 à bac +5 en ressources humaines, vous justifiez impérativement d’une expérience similaire. D’un excellent relationnel [sic], vous justifiez de grandes capacités de négociation. » C’est vrai qu’une négociation, ça coûte moins cher en balles qu’un M-16. Pédagogie > Jeudi 6 janvier 2005, le ministère de l’intérieur annonce que « les forces de police vont se livrer à des contrôles massifs d’identité aux abords des établissements scolaires ». De quoi parfaire l’éducation de nos braves petits futurs citoyens : ne pas courir à l’arrivée de la police, ne pas faire de gestes brusques (...)
>>suite>>

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |

NUMEROS PRÉCÉDENTS
CQFD au quotidien
THÈMES
-Armement
-Guerres
-Chômage
-Foulard et laïcité
-Faux amis
-Genres
-Exils et expulsions
-Luttes sociales
-Médias
-Patrons
-Science contre capital
-Sécuritaire
-Musique
-Livres
-Chroniques
-A l’arrach’
-Ecologie
-Chronique carcérale
-Santé
-Dessins
-Anthologie
-Courrier des lecteurs
-Fascisme

... du retard à l’allumage. Le n°19 de CQFD ne sera disponible en kiosque qu’à partir du mercredi 19 janvier. Ce n’est pas une raison pour ne plus asticoter votre marchand de journaux afin que le mensuel au clébard ne pourrisse pas dans la remise !