RSS CQFD



AGENDA CQFD

Nouveau site, qu’on vous dit !

Hé ! Pour l’agenda comme pour le reste, ça se passe ici maintenant : www.cqfd-journal.org

o-OO-o

ÇA BRÛLE !
Encore ici ?

Ah mais, c’est qu’on a des lecteurs têtus !

L’équipe de CQFD


du N°021
LES RICHES SONT TOUT SEULS

Début février, alors que la joyeuse troupe des lycéens commençait à se manifester, Chirac, en partance pour l’Afrique où il allait dealer quelques camelotes françaises, glisse à un de ses conseillers de faire gaffe : « Il faut être vigilant. Si ça s’embrase dans les lycées, il y a un risque d’emballement généralisé. » (Le Canard enchaîné, 09/02) Pauvre de lui, il flippe sa mère. À croire qu’il n’a pas la conscience tranquille... Le voilà qui tremble, malgré (...)

>>suite>>
 
FAUX AMIS

LES COMIQUES

Tout le monde lui dégringole dessus, au Dieudonné, et c’est vrai qu’il l’a bien cherché : s’en prendre aux juifs pour défendre la cause des Noirs, c’est aussi malin que, mettons, d’imputer aux Arabes le génocide des Indiens d’Amérique. Reste qu’on peut rire de tout, à condition d’être drôle. Problème : qui est drôle, qui ne l’est pas ? C’est facile, il suffit de lire la presse spécialisée. « L’humoriste Dieudonné ne fait plus rire. Et ce constat vaut déjà condamnation », a par exemple décrété Le Monde (édito du 22/02/05), qui s’y connaît en gros farceurs. Pour le coup, il y a vraiment de quoi se poiler. Que les médias se posent en arbitres des zygomatiques est déjà cocasse, mais qu’ils accusent un comique de ne pas être drôle, c’est aussi loufdingue que s’ils reprochaient à un gastéropode de ne pas courir le cent-mètres. Les comiques ne sont pas drôles. Les comiques donnent envie de se (...)
>>suite>>
ROMPEZ !
>

Pendant que les lycéens s’obstinent à rejeter le merveilleux avenir que leur bétonne le gouvernement, l’Éducation nationale s’emploie à les remettre sur le droit chemin. Le 1er mars, le lycée professionnel Charles-de-Gaulle de Sète (Hérault) signait une charte de jumelage avec le porte-avions du même nom, fleuron de l’armada tricolore. Cette coalition doit permettre d’ancrer « l’esprit de défense » dans les chères têtes blondes, explique à CQFD le proviseur Claude Hassler. Préparer les troupes scolaires au port du treillis, ajoute-t-il, « c’est dans la loi, ça fait partie du rôle de l’Éducation nationale ». Les élèves ont déjà visité le bâtiment de guerre et pourront y suivre des stages en espérant « des possibilités d’embauche ». C’est que « l’insertion dans le monde du travail est difficile à l’heure actuelle », soupire le dirlo, qui en sait quelque chose puisque son établissement envoie aussi la bleusaille lycéenne en mission non rémunérée chez Auchan. « L’éducation à la défense n’est pas limitée au “militaire”, c’est aussi la défense économique », précise-t-il. Quand il n’y a plus de place vacante dans la grande distribution, c’est à la Grande Muette d’insérer les surplus. Ça tombe bien, l’armée a encore quatre mille postes à pourvoir d’ici fin 2005. Bien sûr, déplore le dirlo, « il y a toujours des soixante-huitards [sic] choqués par ce genre de jumelage. J’en ai même dans mon équipe. » En attendant de les déférer devant une cour martiale, Claude Hassler assure qu’« on ne peut plus comparer l’armée de maintenant à celle de [sa] jeunesse : elle intervient le plus souvent lors de missions de solidarité et d’entraide, d’actions civilo-militaires qui facilitent le travail des ONG ». Comme en Côte d’Ivoire, par exemple… Bravo, le proviseur a bien retenu sa leçon. Ça mérite un seize sur vingt et un poster dédicacé de l’amiral en chef.

Publié dans CQFD n°21, mars 2005.

 
Gros menteur En janvier, un mois avant de s’affaler dans le fauteuil encore tout poisseux d’Hervé Gaymard, le PDG de France Télécom, Thierry Breton, annonçait un nouveau plan de dégraissage dans sa filiale polonaise, Telekomunikacja Polska (TPSA) : quatre mille suppressions d’emplois, dont trois mille licenciements. La direction du géant français s’était pourtant engagée en novembre dernier, lors d’une réunion du Comité de groupe européen, à mettre fin au laminage de la piétaille polonaise. Depuis la privatisation de TPSA il y a trois ans, France Télécom avait déjà viré quarante mille personnes, soit 50 % des effectifs de la boîte. Mais qu’on soit PDG ou ministre, les promesses n’engagent que ceux qui prennent la porte. Selon la presse, « l’arrivée de Thierry Breton à Bercy a été bien accueillie par les partenaires européens ». Les chômeurs polonais sont peut-être européens, mais pas partenaires. Carrière Chômage partout, promotion nulle part ? Faux ! On trouve encore de vrais bons plans à l’ANPE. Pour preuve, cette annonce d’emploi (n° 822653N) affichée le 28 février dans une ANPE de Villefranche-sur-Saône : « Enquêteur privé/enquêtrice privée. Votre mission est d’infiltrer un entrepôt afin de permettre de remonter les informations, relever tous les dysfonctionnements et essayer de démanteler tout réseau en interne, par exemple : détournement de marchandise, vol, etc. Vous avez un rôle de détective (...)
>>suite>>

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |

NUMEROS PRÉCÉDENTS
CQFD au quotidien
THÈMES
-Armement
-Guerres
-Chômage
-Foulard et laïcité
-Faux amis
-Genres
-Exils et expulsions
-Luttes sociales
-Médias
-Patrons
-Science contre capital
-Sécuritaire
-Musique
-Livres
-Chroniques
-A l’arrach’
-Ecologie
-Chronique carcérale
-Santé
-Dessins
-Anthologie
-Courrier des lecteurs
-Fascisme

« Dans une société marquée par l’esprit d’entreprise et le désir de réussite, le trafic peut être l’instrument alternatif de la réalisation individuelle. Au sein de populations partageant une même condition sociale et un même destin se mettent en place des solidarités fondées sur un fort ressort identitaire. » École nationale d’administration, Séminaire de questions sociales de la promotion Averroès 1998-2000 « Territoires et sécurité, La lutte contre les trafics locaux » « Tout ce qui se volait à Marseille, à la sauvette ou à la roulotte, avait de bonnes chances de se trouver là, dans cette sorte de bal permanent des tire-laine attirant les chalands peu sourcilleux. Dealers et vendeurs de cigarettes de contrebande dégradaient l’image de la ville dont ce quartier constitue l’entrée nord principale. » À propos des ambulants de la Porte d’Aix Le Figaro, 16 mai 2002 « Les trafics s’enracinent dans des contextes locaux propres à (...)