RSS CQFD



AGENDA CQFD

Nouveau site, qu’on vous dit !

Hé ! Pour l’agenda comme pour le reste, ça se passe ici maintenant : www.cqfd-journal.org

o-OO-o

ÇA BRÛLE !
Encore ici ?

Ah mais, c’est qu’on a des lecteurs têtus !

L’équipe de CQFD


du N°022
ON A VOULU NOUS RENDRE CONS, C’EST RATÉ !

En ce début de printemps, on a enfin de quoi se marrer un peu. De beaux coups de pied agitent en tout sens la termitière. Ni les descentes-dépouilles des « jeunes des milieux défavorisés » dans les manifs parisiennes, ni le matraquage citoyenniste qui enjoint à respecter vaille que vaille un très démocratique vote de loi à l’Assemblée n’auront réussi à ramener précipitamment les lycéens à leurs examens et au peaufinage de leur look. La question restait posée : comment continuer (...)

>>suite>>
 
FAUX-AMIS

BORIS CYRULNIK

Des talk-shows télévisés aux magazines féminins en passant par les journaux cultivés, il n’y a pas un média qui n’ait reçu et choyé au moins une fois Boris Cyrulnik. Le marché vendeur de la « recherche du bonheur » semble avoir trouvé en ce psychiatre un commercial affable, intelligent et compétent. Son concept, c’est la résilience, cette faculté à « rebondir » après un malheur pour en « sortir plus fort ». Les médias raffolent de résilience. Elle leur sert d’outil immédiatement opérationnel pour étayer d’un vernis objectif l’opposition néo-darwinienne entre « ceux qui s’en sortent » et « ceux qui restent sur le bord de la route ». Et cela sans crainte de voir, dans un brusque accès de résilience, la masse des lecteurs et téléspectateurs leur « rebondir » à la gueule, par saturation des modèles dépressifs qu’ils propagent - culte des puissants, des friqués, des mannequins à cravate ou en silicone. Car cette généreuse hospitalité (...)
>>suite>>
PROTECTION
>

Début avril, la direction du Carrefour de Port-de-Bouc (Bouches-du-Rhône) a appelé au secours les autres supermarchés du groupe implantés dans le secteur : vite, envoyez-nous vos vigiles, on a besoin de renforts pour mater nos grévistes ! Bouleversés, plusieurs patrons de Carrefour marseillais ont répondu sans attendre à cet appel à solidarité en missionnant leurs gros bras chez le collègue en détresse. Leur boulot, comme dit la direction, consisterait à « protéger les consommateurs ». La protection du consommateur a toujours été un impératif éthique chez Carrefour, partisan du développement durable et des rayons bio, approvisionnés par des manutentionnaires à temps partiel payés 700 euros par mois. Mais à Port-de-Bouc, justement, les salariés manquent à leur devoir protecteur. Depuis le 25 mars, une soixantaine d’entre eux sont en grève pour réclamer ce privilège insensé : des chèques-déjeuner ! Comme si les caissières avaient du temps à perdre en repas de midi… Le groupe Carrefour, qui n’a engrangé que trois petits milliards d’euros de profits en 2004, ne pouvait accéder à cette demande sans risquer la faillite. La direction a tenu bon, les grévistes aussi : piquet de grève sur le parking, appel au boycott, invitation aux clients à manifester devant l’entrée… Le 4 avril, patron et préfecture ont riposté solidairement en envoyant les CRS « accompagner » les camions de livraison. À l’heure où nous mettons sous presse, ni la force publique ni les huissiers n’ont eu raison de ce foyer d’agitation. Plus incroyable encore : les consommateurs, au lieu de quérir la protection des vigiles, ont pris massivement fait et cause pour les grévistes. Les gens sont bizarres.

Publié dans CQFD n°22, avril 2005.

 
ANNEXES Dans la Constitution européenne, le plus intéressant, c’est les annexes. En annexe de l’article II-66, il est écrit par exemple : « Nul ne peut être privé de sa liberté, sauf [...] s’il s’agit de la détention régulière d’une personne susceptible de propager une maladie contagieuse, d’un aliéné, d’un alcoolique, d’un toxicomane ou d’un vagabond. » Allez, les sans-logis, les soiffards, les toxicos, les dingues et les pustuleux, tous en taule ! Et si vous résistez, attention. En page 7 de l’annexe A, concernant l’interdiction de la peine de mort, les auteurs précisent que la mort peut toutefois être infligée légitimement « pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection ». Une manif de soutien à la Constitution, c’est pas assimilable une émeute ? COMICS Dessinateurs au chômage, un bon plan pour vous : l’US Army recherche d’urgence un auteur de BD pour créer un Mickey arabe. Les responsables des « opérations psychologiques » au Pentagone espèrent ainsi « atteindre la jeunesse » arabe pour « améliorer son éducation » et lui offrir de nouveaux « modèles ». Pour commencer, on pourrait déjà enfermer Riri, Fifi et Loulou à Guantanamo. ESTHÉTIQUE Pour se placer sur le marché de l’armement, il ne suffit plus de posséder un groupe de presse et de cajoler tous les puissants du monde : il faut aussi avoir du goût. Un vrai défi pour la Direction des (...)
>>suite>>

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |

NUMEROS PRÉCÉDENTS
CQFD au quotidien
THÈMES
-Armement
-Guerres
-Chômage
-Foulard et laïcité
-Faux amis
-Genres
-Exils et expulsions
-Luttes sociales
-Médias
-Patrons
-Science contre capital
-Sécuritaire
-Musique
-Livres
-Chroniques
-A l’arrach’
-Ecologie
-Chronique carcérale
-Santé
-Dessins
-Anthologie
-Courrier des lecteurs
-Fascisme

Cette anthologie accompagne l’article sur la jolie grève des PTT des Bouches-du-Rhône publié dans le n°21 de CQFD, 15 avril 2005. « Je ne comprends pas : quand on fait de la communication sur nos projets, vous vous inquiétez. Vous partez en grève, sans raisons, trop vite. Et quand on n’en fait pas, vous dénoncez le manque de transparence ! » Odile Capdetrey DRH de La Poste (13) aux grévistes La direction : « Ce n’est qu’un problème de méthode. » Une factrice : « On ne parle pas de chiffres ou de méthode là, c’est de notre santé, de notre vie de famille dont il est question. » Échange lors de la négociation du 19 mars « Le Medef ne demande qu’à travailler avec “la gauche qui comprend” et “la droite qui ose”. Car l’entreprise est un vecteur essentiel de la modernité dans la société française. Elle n’est plus lieu de conflit et d’affrontement. » Ernest-Antoine Seillière L’Humanité, (...)