RSS CQFD



AGENDA CQFD

Nouveau site, qu’on vous dit !

Hé ! Pour l’agenda comme pour le reste, ça se passe ici maintenant : www.cqfd-journal.org

o-OO-o

ÇA BRÛLE !
Encore ici ?

Ah mais, c’est qu’on a des lecteurs têtus !

L’équipe de CQFD


du N°023
LA SIRÈNE ET LE CHIEN DES QUAIS

Quatre heures du matin. Cela vient des bassins de la Joliette, par-dessous la passerelle du littoral, par-dessus les toits de tuiles romaines. Un coup de sirène, puis deux, puis trois. Les marins en grève depuis quinze jours se rappellent-ils à notre bon souvenir ? Ou alors les ferries repartent-ils déjà vers la Corse et le Maghreb ? Réfugié sous la couette, je m’interroge. Nous sommes sans doute nombreux à entendre cet appel, et quelques-uns sûrement à ressentir son intonation (...)

>>suite>>
 
FAUX-AMIS

BERNARD MARIS

Iconoclaste, mordant, impertinent, irrévérencieux... Dans la revue de presse qui jalonne le plan de carrière de Bernard Maris, les épithètes grouillent comme des lignes de chiffres sur un bilan comptable. Quand les médias raffolent d’un contestataire, c’est signe que sa contestation n’a plus d’autre objet que de colorer l’eau tiède du robinet. Pour mettre une petite note canaille dans leurs flots d’idées grises, les médias s’arrachent Bernard Maris : les radios, les télés, Marianne, Le Nouvel Observateur et même Le Figaro Magazine. Ses livres, publiés par le marchand d’enzymes Albin Michel, saturent les linéaires altermondialistes de la Fnac. Maris est aux anges : plus économe qu’économiste, il excelle à compter ses sous, qu’il engrange par pleines brouettes. Il fut un temps où l’Oncle Bernard fournissait aux ignorants de la pseudo-science économique des arguments salvateurs contre la logorrhée des « experts ». (...)
>>suite>>
BULLES
>

Bien sûr, il y a toutes sortes de raisons très dignes et très sérieuses de voter non le 29 mai. Mais entre nous on peut se le dire : le plus motivant, dans une défaite du oui, c’est la délectation d’assister à la déculottée des oui-ouistes. Plus ils se ballonnent et plus l’excitation grandit de les voir se déballonner. Ces guignols veulent tellement faire mousser les escarres de la Constitution giscardienne que leurs bulles de savon éclatent déjà. « On ne peut pas dire “je suis européen et je vote non”. Ce n’est pas convenable », pleurniche ce pauvre Chirac. Dans L’Express (groupe Dassault), Bernard Guetta s’en remet à Benoît XVI : « Le choix de ce pape dit que, en se faisant ou en ne se faisant pas, l’Europe jettera les bases d’un nouveau millénaire. » Se projetant dans des horizons plus domestiques, l’éditorialiste de Elle (groupe Lagardère) cause chiffons à sa lectrice godiche : « Toi qui es folle de fringues, tu es bien placée pour savoir que la mode a toujours une longueur d’avance sur la société. Et quelle est la couleur de l’été ? Le bleu ! Comme le drapeau de l’Europe. » Pendant ce temps, Philippe Val exalte dans Charlie Hebdo la Grande Armée européenne : « Une Europe unie au sein de l’Otan sera beaucoup plus forte face aux décisions américaines qu’elle ne le sera désunie. » Protégée des États-Unis par l’Otan, habillée aux couleurs des Schtroumpfs et vouée au salut éternel par le pape, leur Europe « convenable » nous aura bien fait rigoler. Certes, le « non de gauche » aussi mérite des compliments : entre ceux qui réconcilient Trotski avec Georges Sarre, ceux qui se vantent d’avoir voté Maastricht et ceux qui veulent plus de police tricolore, nationale et souveraine, l’opéra-bouffe est bien servi. Mais entre deux plaisirs, il faut choisir le plus intense : la défaite d’une machine de propagande qui se voudrait infaillible. Et bouder d’autant moins ce plaisir qu’après, il y a des chances pour que tout continue comme avant.

Publié dans CQFD n°23, mai 2005.

 
Bicéphale L’empire des clones est sur le point d’annexer la France. Pendant que Nicolas Sarkozy travaille à la conquête de L’Élysée, son double chromosomique Guillaume monte à l’assaut du Medef. « Ce qui aliène l’homme, c’est le chômage ; ce qui libère l’homme, c’est le travail », aboie le président de l’UMP (France Info, 02/05/05), tandis que le patron des Tissages de Picardie résume sa stratégie : « Je suis fier d’être un patron industriel qui délocalise. Assez de faux-semblant : la perte d’emploi, la déstabilisation industrielle, c’est normal, c’est l’évolution. » (L’Expansion, 28/11/02) La junte sera bicéphale mais cohérente : une tête pour te foutre dehors, une autre pour te mettre dedans. Infiltrés Témoignage d’un pigiste précaire auprès d’un ami de CQFD : « Au Nouvel Observateur, les directeurs, éditorialistes et chefs de service sont tous pour le oui. Les stagiaires et les pigistes, eux, sont majoritairement pour le non. » Une solution pour garantir un personnel 100 % oui-ouiste : nommer tout le monde rédacteur en chef. Réinsertion L’ANPE vous le confirmera : un stage de ministre facilite l’obtention d’un emploi. Ainsi de l’ex-ministre de la Culture Jean-Jacques Aillagon, qui s’est dégoté un CDI de « conseiller pour les activités culturelles » au groupe Artémis, la holding du multi- milliardaire François Pinault (Printemps, (...)
>>suite>>

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |

NUMEROS PRÉCÉDENTS
CQFD au quotidien
THÈMES
-Armement
-Guerres
-Chômage
-Foulard et laïcité
-Faux amis
-Genres
-Exils et expulsions
-Luttes sociales
-Médias
-Patrons
-Science contre capital
-Sécuritaire
-Musique
-Livres
-Chroniques
-A l’arrach’
-Ecologie
-Chronique carcérale
-Santé
-Dessins
-Anthologie
-Courrier des lecteurs
-Fascisme