RSS CQFD



AGENDA CQFD

Nouveau site, qu’on vous dit !

Hé ! Pour l’agenda comme pour le reste, ça se passe ici maintenant : www.cqfd-journal.org

o-OO-o

ÇA BRÛLE !
Encore ici ?

Ah mais, c’est qu’on a des lecteurs têtus !

L’équipe de CQFD


du N°028
NEUILLY BRÛLE-T-IL ?

Peu de temps avant le soulèvement des banlieues, dans un « quartier sensible » de Nîmes, CQFD croise des jeunes : « Souvent le soir on reste là, dehors, à fumer et à passer le temps en blaguant. Et c’est quasi-systématique que les BAC s’arrêtent à notre hauteur, nous insultent et nous provoquent en nous disant qu’on est la seule cité où ils peuvent entrer sans problème, qu’on n’a vraiment pas de couilles. » « C’est arrivé plusieurs fois qu’ils se (...)

>>suite>>
 
PAS AMIS

L’OPPOSITION

« Les socialistes ne sont “pas hostiles par principe” au couvre-feu dans les quartiers agités mais il ne doit pas être “une nouvelle marque de ségrégation”, a prévenu le chef des députés PS, Jean-Marc Ayrault. » C’est ce qu’on pouvait lire dans une dépêche le 8 novembre au soir, après l’annonce par Villepin de l’instauration de l’état d’urgence. Pas hostiles par principe. Mais voudraient, les gentils pauvres choux, que le couvre-feu ne soit pas « une nouvelle marque de ségrégation ». Et il aimerait que ce soit quoi d’autre, le chef des députés PS ? Une marque d’égalité des droits ? Ils nous foutent les jetons. La veille, le commandant des CRS de Troyes, un certain Patrick Laclémence, expliquait sur le site du Nouvel Obs à propos des « casseurs » : « Il s’agit de meutes de dizaines de personnes très mobiles. » Il a bien dit : des meutes. Comme les loups ou les chiens, en tout cas des canidés, on (...)
>>suite>>
RÉQUISITION AU CARREFOUR DE BONNEVEINE
>

Serait-ce le signe tant attendu d’une recomposition de la famille ? Il semble que le 14 octobre dernier quelques gestes aient été faits en ce sens au supermarché Carrefour de Bonneveine, dans la banlieue sud de Marseille. Alors que depuis le matin, les vigiles sont engagés dans une grève du zèle pour protester contre l’éviction de leur responsable, une soixantaine de personnes pénètrent dans le magasin en fin d’après-midi, et font aussitôt main basse sur le rayon hi-fi et vidéo. Les techniques de merchandising conseillant d’installer ces matériels à proximité de l’entrée, là où les chariots ne sont pas encore remplis, auront prouvé là leur grande perspicacité. Et chacun de sortir les bras chargés et de se passer ici un écran plasma, là une play-station. Et de revenir récupérer, quitte à faire doublon, un autre ordinateur, afin sans doute de parer à la notoire précarité des produits de grande consommation. En cet après-midi automnal où « plus aucun portique électronique ne sonne » comme aurait pu dire Verlaine, des mères de famille entourées d’une marmaille joyeuse, et prises du « démon de la gratuité » (La Marseillaise, 16/10/05), filent à leur tour vers la sortie en poussant leurs chariots pleins. « Cela nous a énormément choqués, surtout pour nos enfants », ont déclaré à La Provence deux consommateurs très gentils et généralement contents. Une demi-heure de self-service jusqu’à ce que débarquent les défenseurs de la veuve et de l’orphelin, armes à la main et équipés de gilets pare-balles. De quoi ne pas traumatiser les enfants, bien sûr. Quatre retardataires seront finalement arrêtés sur le parking.

Publié dans CQFD n°28, novembre 2005.

 
Avenir radieux « Je me souviens [d’un] jour où mon père était rentré de très bonne humeur. J’avais douze ans et c’était la première fois qu’il m’expliquait ce qu’il avait réalisé dans son travail. Je compris alors ce que c’était d’avoir un métier, pourquoi travailler, etc. Son enthousiasme était tel qu’il a à jamais influencé ma vie professionnelle », babille Nathalie Vendrand. Cette dame a eu l’idée géniale (et néanmoins juteuse) de lancer un canard gratuit pour les collégiens. Tiré à 250 000 exemplaires, Imagine ton futur causera monde du travail aux pré-ados pour « une meilleure approche de la vie réelle, une vision plus claire de leurs perspectives de vie... » Et une envie de se flinguer avant même d’être forcé d’entrer en apprentissage à quatorze ans par les nouvelles disposition Villepin ? La BAC à Neuilly Équipée de Karcher, la Brigade activiste des clowns (BAC) est intervenue en urgence à la mairie de Neuilly, ancien fief du ministre de l’Intérieur. Motif : la commune ne respecte pas les 20 % minimum de logements sociaux. Avec ses 2,6%, Neuilly se place même parmi les pire villes de France. La BAC revendique cette action par un communiqué : « Constatant l’état avancé de gangrène du lieu et la présence de racaille, la BAC a procédé au nettoyage complet au Karcher et à l’eau savonneuse de la façade de la mairie ainsi que des vitres de son hall d’entrée. » Vive la (...)
>>suite>>

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |

NUMEROS PRÉCÉDENTS
CQFD au quotidien
THÈMES
-Armement
-Guerres
-Chômage
-Foulard et laïcité
-Faux amis
-Genres
-Exils et expulsions
-Luttes sociales
-Médias
-Patrons
-Science contre capital
-Sécuritaire
-Musique
-Livres
-Chroniques
-A l’arrach’
-Ecologie
-Chronique carcérale
-Santé
-Dessins
-Anthologie
-Courrier des lecteurs
-Fascisme

...du couvre-feu « Le Premier ministre Dominique de Villepin a annoncé lundi soir que les préfets pourraient recourir au couvre-feu, dès mercredi, pour ramener l’ordre dans les banlieues en se fondant sur une loi de 1955 instaurant l’état d’urgence dans le contexte de la guerre d’Algérie. » AFP 07/11/05 « S’il est prématuré de juger de l’éventuel impact de la prestation de Dominique de Villepin hier soir sur TF1, force est de reconnaître qu’il s’est efforcé de trouver à la fois le ton juste et les mesures appropriées. » Le Dauphiné libéré 08/11/05 « On espère que personne n’aura le mauvais goût de discréditer cette disposition législative au motif qu’elle fut votée au commencement de la guerre d’Algérie ! Restauration de l’ordre, sanction des exactions, appel aux habitants et aux familles pour aider au retour au calme, tel était donc le principal message du Premier ministre. » Nice-Matin 08/11/05 « (...)