RSS CQFD



AGENDA CQFD

Nouveau site, qu’on vous dit !

Hé ! Pour l’agenda comme pour le reste, ça se passe ici maintenant : www.cqfd-journal.org

o-OO-o

ÇA BRÛLE !
Encore ici ?

Ah mais, c’est qu’on a des lecteurs têtus !

L’équipe de CQFD


du N°037
TOUT DOIT DISPARAÎTRE

Avec les Verts, censés représenter l’écologie politique, nous ne sommes jamais à l’abri d’une surprise hilarante. On sait - résumé des chapitres précédents - que ce ramassis étique de travailleurs du chapeau, instits barbichus, enseignants feignants, travailleurs sociaux frustrés, bobos citadins- ne représente que lui-même et que leurs réunions de famille s’apparentent à un gala organisé au profit des organisateurs de galas. En clair, on se coopte délégué régional et (...)

>>suite>>
 
FAUX-AMIS

LES ARTISTES ENGAGÉS

Restons calmes. Que Doc Gynéco soit con à biberonner du gel-douche ne fait pas l’ombre d’un doute, mais ce n’est pas une raison pour hurler au scandale comme le font les bonnes âmes de gauche. Il faut au contraire se réjouir de sa fixette hormonale sur Sarkozy : après Bigard, Réno, Barbelivien, Clavier, Johnny, Steevy et Arno Klarsfeld, le comité de soutien au Terminator de Cachan est vraiment au grand complet, question QI au fond des chaussettes. Ce qui est étonnant, ce n’est pas que ces gogols en pincent pour le chef de la police, mais que l’homme politique le plus puissant de France se targue en prime time d’être aimé par des mous du bulbe que vous n’oseriez pas emmener chez l’épicier du coin. Être vu en affectueuse compagnie d’un Gynéco ou d’un Klarsfeld... la honte ! Après ça, n’importe qui d’à peu près normal irait se rouler en boule sous un paillasson. Pas Sarkozy. Lui, il se fait un drapeau de (...)
>>suite>>
COUP DE BOULES
>

« Dommage qu’il faille attendre la Coupe du monde pour vivre ces moments-là. Chacun pourrait réfléchir à ça : pourquoi ne pas vivre plus souvent des moments de bonheur avec les gens ? », lâcha Lilian Thuram après la victoire sur le Brésil. Thuram, c’est pas le plus con de la bande. Contre le Portugal, entre Rungis et Orly, le patron d’une pizzéria nous a dit qu’on pouvait voir le match, mais « Au coup de sifflet final, je ferme. » Pourquoi ? « Après France-Brésil, ils ont déboulé comme des furieux, y a une grenade qui a atterri dans la salle et les clients sont partis sans payer. Alors, ce soir, je baisse le rideau dès la fin du match. Je vous conseille de filer fissa vous mettre à l’abri, ils cognent sur tout ce qui bouge. » Mais qui ça, ils ? « Les flics, tiens ! » Quand l’arbitre a sifflé, on a fait comme disait le patron. Aux fenêtres du bâtiment qu’on longeait, des mamans et des gosses attendaient la suite du spectacle. « On a gagné, non ? », nous a fait l’une d’elles, comme pour justifier sa présence sur son balcon. Visiblement, un doute planait. Des jeunes se sont mis à danser sur l’avenue. Une patrouille a foncé dans le tas, sirène hurlante. Elle est vite repartie en sens inverse, les vitres cassées. Les CRS se sont massés autour de la gare RER. Ils canardaient à la lacrymo ceux qui voulaient aller à Paris. À la télé, un plan fixe des Champs Élysées, pris du haut d’un immeuble. Le journaliste récitait le baratin habituel sur la liesse populaire et l’esprit de 98. « Dommage qu’il faille attendre la Coupe du monde pour vivre ces moments-là. » En effet.

Publié dans CQFD n°37, septembre 2006.

 
100 % France Nicolas Sarkozy a beau dire qu’il « aime l’énergie et la fluidité de l’Amérique » (Le Monde, 09/09/06), il aime bien aussi la France molle et visqueuse. La preuve, un de ses hommes de main, le député Pierre Lellouche, a déposé cet été une proposition de loi visant à instaurer un label « 100 % France » pour les produits tricolores. Le but est de valoriser le « savoir-faire ancien » de nos belles usines non encore délocalisées en Chine. Comme Verney-Carron, « faiseur de fusils depuis 1650 » et fabriquant de flash-balls à Saint-Étienne. Ou comme Chapuis, à Saint-Bonnet-le-Château, qui fournit les pistolets Manurhin aux troupes de Sarkozy. Grâce aux exonérations fiscales du « 100 % France », les bavures policières seront bientôt disponibles en duty-free. Marabouts « Concilier l’inconciliable, l’universel et le diversel (sic), l’employabilité et la séparabilité ! » invoqua la grande prêtresse du Medef. « La République n’est pas un choix, elle est notre exigence, notre devoir ! » vociféra le petit maître à penser de l’UMP. « Tu souhaites faire crier de plaisir les femmes ? Voir tes ennemis à genoux ? Ta situation sociale et financière s’améliorer ? Guérir ton impuissance ? Pulvériser les démons qui te poursuivent ? Alors n’hésite pas un instant de plus, décroche ton téléphone, prends RDV avec moi » conclut le médium africain voisin de CQFD. Europe Ç’aurait pu être le fait divers européen de (...)
>>suite>>

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |

NUMEROS PRÉCÉDENTS
CQFD au quotidien
THÈMES
-Armement
-Guerres
-Chômage
-Foulard et laïcité
-Faux amis
-Genres
-Exils et expulsions
-Luttes sociales
-Médias
-Patrons
-Science contre capital
-Sécuritaire
-Musique
-Livres
-Chroniques
-A l’arrach’
-Ecologie
-Chronique carcérale
-Santé
-Dessins
-Anthologie
-Courrier des lecteurs
-Fascisme

... DU PINARD BIZNESS Cette anthologie accompagne l’article « Du gros rouge qui fâche », publié dans le numéro 37 de CQFD en kiosques et librairies le 15 septembre. « Un autre verre de vin est possible. C’est 2,80 €, siouplaît » Le barman « Recherche de la qualité maximale garantie par le contrôle de la superstar des œnologues, Michel Rolland, complémentarité des cuvées d’exception et d’autres plus accessibles, marketing original (s’appuyant notamment pour certains vins sur l’association avec Gérard Depardieu) et désormais boutique-vitrine à Paris, avant d’investir d’autres capitales. Loin de se conclure, l’aventure [Bernard] Magrez pourrait avec profit inspirer bien des vignerons... » Thierry Desseauve, « Le guide vin 2006 », supplément Le Monde 2, le 2/09 « Si Robert Parker a légué une chose au monde, c’est de mettre tout le monde au même niveau. Dans ce monde [du vin] si stratifié, ce système de (...)