RSS CQFD



AGENDA CQFD

Nouveau site, qu’on vous dit !

Hé ! Pour l’agenda comme pour le reste, ça se passe ici maintenant : www.cqfd-journal.org

o-OO-o

ÇA BRÛLE !
Encore ici ?

Ah mais, c’est qu’on a des lecteurs têtus !

L’équipe de CQFD


du N°048
PORTENAWAK !

« On ne va pas se la raconter. Je vous le dis tout cash : tolérance zéro pour la glandouille ! », slame Fadela Amara, cintrée dans son tailleur de secrétaire d’État. Sémantik et Cosmétik sont dans un gouvernement, Sémantik part en couille, qu’est-ce qu’il reste ? Portenawak. Côté show-biz étatique, depuis les outrances de la racaille et du karcher, on peut tout dire. Quitte à devoir décréter juste après l’état d’urgence. Zy-va ! On cache une rentrée (...)

>>suite>>
 
FAUX-AMIS

LE VACANCIER SYMPA

Son short est repassé. On voit encore clairement les plis à peine effacés. La chemise est sport, mais subtilement élégante et n’affiche sobrement aucun logo de marque. Une certaine distinction, sans ostentation. On cherche la femme, mais elle n’est pas là. Le visage de Jean-Pierre, il s’appelle Jean-Pierre, est géométrique, front haut à peine dégarni, les yeux noirs légèrement enfoncés. Il bavarde tranquillement, s’intéresse à ses voisins, lâche de timides traits d’humour afin d’esquisser quelques connivences. Il est assis là, dans un fauteuil fatigué, jambes croisées, décontracté, prêt à toutes les conversations essentielles qu’exige une rencontre de hasard en période estivale : « On aura eu un été pourri, cette année ! Remarquez, je suis d’origine normande, j’ai l’habitude. Mais bon, ça fait toujours du bien de se reposer. C’est vital, n’est-ce pas ? » Jean-Pierre sourit. « Le neveu de ma femme a préféré (...)
>>suite>>
RIGORISME OU HAMAC
>

« Assez pensé, retroussons nos manches. » Telle est l’essence du discours de Christine Lagarde devant l’Assemblée nationale, le 10 juillet : « Reconsidérer le travail, c’est rompre avec une tradition de mépris qui trouve sa source dans l’Ancien Régime, quand les nobles avaient défense de s’adonner au commerce. La Révolution française n’a pas mis fin à cette attitude. On la retrouve au XIXe siècle chez de nombreux auteurs : Paul Lafargue, dans son livre Le Droit à la paresse, recommande de ne travailler que trois heures par jour, et de passer le reste du temps à “fainéanter et bombancer”. » La ministre de l’Économie oublie Henri Thoreau, pour qui « l’ordre des choses devrait être plutôt inversé - le dimanche devrait être le jour du labeur de l’homme, pour ainsi gagner sa vie à la sueur de son front ; et les six autres jours consisteraient en le repos des sentiments et de l’âme, - pour parcourir ce jardin ouvert, et boire aux doux effluves et aux sublimes révélations de la Nature. » (L’Esprit commercial des temps modernes, Le Grand Souffle, 2007). On peut également citer Le Manifeste des chômeurs heureux (éd. Le Chien rouge), Les Fainéants dans la vallée fertile d’Albert Cossery. Et Henri Salvador, grand démoralisateur des masses laborieuses, tristement rallié à Sarkozy depuis, qui chantait : « Les gens travaillent comme des sauvages pour se payer tout le confort. Quand ils en ont, ben, ils sont morts. » (« Le Travail, c’est la santé ») Mais Lagarde croit que le travail est une valeur altruiste ! « On ne travaille pas que pour soi. On travaille pour ses parents. On travaille pour son foyer. On travaille pour ses enfants. On travaille toujours pour quelqu’un »… Et « on dort pour un patron » aurait ajouté le surréaliste belge Louis Scutenaire.

Publié dans CQFD n°48, septembre 2007.

 
Écologie kaki Le 18 août, deux communautés zapatistes des Montes Azules, dans la région lacandone (Chiapas, Mexique), ont été expulsées par un imposant commando de l’armée mexicaine. Six de ces paysans mayas ont été emprisonnés pour « crimes contre l’environnement » et trente-neuf autres (dont une majorité de vieillards, de femmes et d’enfants) ont été déportés en hélicoptères de combat vers le chef-lieu, Ocosingo, où ils ont été assignés à résidence dans un bordel abandonné. Au même moment, plusieurs axes routiers sont ouverts à marche forcée vers cette réserve naturelle pour, selon les autorités, « la mettre à disposition du tourisme et de son économie »... Vert, le tourisme. Verte, l’économie. Zone de tolérance Les « travailleuses sexuelles » d’Apizaco (localité de l’État de Tlaxcala, au Mexique), regroupées en coopérative, refusent d’être parquées dans la « zone de tolérance » que le maire projette d’inaugurer bientôt sous le doux nom de « centre de loisirs pour adultes ». « Nous y serions à la merci des proxénètes et des trafiquants de drogue », argumentent-elles. Ces prostitué(e)s insoumis(es) sont partie prenante de mouvements sociaux comme l’Autre campagne zapatiste. Elles prétendent exercer leur activité de façon digne et indépendante, font la promotion du préservatif et bannissent la prostitution infantile, la drogue et l’exploitation par des intermédiaires. Qu’en pensent Élisabeth Badinter (...)
>>suite>>

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |

NUMEROS PRÉCÉDENTS
CQFD au quotidien
THÈMES
-Armement
-Guerres
-Chômage
-Foulard et laïcité
-Faux amis
-Genres
-Exils et expulsions
-Luttes sociales
-Médias
-Patrons
-Science contre capital
-Sécuritaire
-Musique
-Livres
-Chroniques
-A l’arrach’
-Ecologie
-Chronique carcérale
-Santé
-Dessins
-Anthologie
-Courrier des lecteurs
-Fascisme

... de l’expulsion subie « Si l’on suppose que le nombre de 28 000 expulsions sera atteint à la fin de l’année 2007, il aura fallu pour réaliser deux de ces expulsions l’équivalent de l’emploi annuel à temps plein d’un fonctionnaire. Si l’on traduit ces emplois sous forme monétaire, ce sont donc au minimum trois milliards d’euros qu’auront coûté au total les expulsions réalisées depuis 2003 : l’équivalent du budget annuel du ministère de la Culture ou encore deux années de fonctionnement de la ville de Marseille. C’est aussi le déficit de la caisse nationale d’assurance vieillesse prévu pour 2007. » Damien de Blic, « Sans-papiers : l’autre “chiffre” de la politique d’expulsion », mars 2007, www.mouvements.asso.fr « Il y a une semaine, six policiers français ont été molestés à leur descente d’avion à Conakry, la capitale guinéenne, alors qu’ils escortaient deux (...)