RSS CQFD



AGENDA CQFD

Nouveau site, qu’on vous dit !

Hé ! Pour l’agenda comme pour le reste, ça se passe ici maintenant : www.cqfd-journal.org

o-OO-o

ÇA BRÛLE !
Encore ici ?

Ah mais, c’est qu’on a des lecteurs têtus !

L’équipe de CQFD


du N°058
HOMMAGE À ALBERT COSSERY

Il s’est éteint avec élégance, à 94 ans, dans sa petite chambre d’hôtel de Saint-Germain-des-Prés, où il résidait depuis 1945. À l’heure où l’on s’acharne à expurger nos centre-ville des pauvres, des vieux, des jeunes, des sans-papiers, des prostituées, des fumeurs…, Cossery narrait en dilettante l’ingénieuse résistance de ceux qui n’ont (...)

Né en 1913 dans une famille bourgeoise baignée de culture francophone, Albert Cossery a commencé par tanner sa lucidité sous le soleil du Caire, sa ville natale. Dès dix ans, il a un faible pour Dostoïevski et se met à écrire, en français. On le retrouve plus tard, en 1938, aux côtés de Georges Henein, un autre « esprit frappeur » égyptien, participant au collectif surréaliste « Art et liberté ». Un défi est alors lancé à la face du monde : « Travailleuses de tous les pays, soyez belles ! » (...)

>>suite>>
 
CHRONIQUE DE GUERRE

FELLATION EN DIRECT DE VILLACOUBLAY

Vendredi 4 juillet, 16 heures. Alors qu’à l’Assemblée nationale les députés sont en train de restaurer la semaine de 48 heures, les télévisions s’agglutinent sur l’aéroport militaire de Villacoublay. « La porte de l’avion s’est ouverte et le président et Carla Bruni attendent Ingrid Betancourt sur le tarmac, dans quelques instants nous allons voir apparaître Ingrid Betancourt… Moment historique ! », feule la voix de France 3. On zappe sur BFM TV. « Là, vous voyez, Carla Bruni qui fait un petit pas en arrière pour laisser Nicolas Sarkozy en avant, elle est vraiment à ses côtés… Il y a beaucoup de… un silence assez assourdissant. » La journaliste lâche un petit rire idiot. « Nicolas Sarkozy qu’on découvre assez heureux, hein… Et puis là-voilà, ça y est ! On imagine tout de même un moment d’émotion pour le président de la République… » Blanche-Neige arrive au bas de la passerelle où l’attend son (...)
>>suite>>
MILITARISATION GÉNÉRALE
>

Encore récemment, l’opposition à la chose militaire était aussi tendance qu’un stage de macramé au Mont Lozère. Cependant, le concept revient à la mode et les salons parisiens ne jurent plus que par « l’antimilitarisme de droite » depuis la publication du Livre blanc de la défense le 17 juin dernier. Nicolas Sarkozy aurait-il lu toute l’œuvre du camarade Louis Lecoin et adhéré à l’Union pacifiste [1] pour ordonner une réduction des effectifs en treillis de 54 000 postes ? Le ministère de la défense rendra public d’ici peu la liste des casernes à convertir en écoles ou en hôpitaux, et les cris d’orfraie des boulangères spoliées de leurs bidasses ne manqueront pas d’occuper nos journaux télévisés. Cette info de première bourre occultera sûrement l’évolution de ce document fixant les nouvelles priorités stratégiques de la France.
La version précédente, datant de 1994, s’intitulait Livre blanc sur la défense, alors que le petit dernier est agrémenté d’un discret « et sur la sécurité intérieure ». Dans la préface, le président de la république nous prévient : « Le clivage traditionnel entre la sécurité intérieure et la sécurité extérieure s’est encore davantage effacé. » Il précise même qu’« émerge un nouveau concept,celui d’une stratégie de sécurité nationale qui associe, sans les confondre, la politique de défense, la politique de sécurité intérieure,la politique étrangère et la politique économique. » L’heure est à la défense générale,et qu’on ne vienne pas enquiquiner le bon développement du marché. La grande muette ne doit pas s’inquiéter : Sarkozy ne démilitarise pas l’armée, il militarise le reste de la société.

Article publié dans CQFD n°58, juillet 2008.

 
Peuple et justice En 2007, aux assises d’Avignon, Mahmoud Philippe El Shennawy, détenu depuis trente-trois ans dont vingt à l’isolement, était condamné à deux ans de mieux pour son évasion de l’unité de malades difficiles de Montfavet. La relative clémence du verdict était due à l’absence de partie civile et au soutien de Gaby Muesca, alors président de l’Observatoire international des prisons (CQFD n°45). Le parquet a fait appel. En juin 2008, l’homme passait devant la cour d’assises de Nîmes. Dix-sept ans, a demandé le procureur, assurant le jury qu’il serait rapidement élargi compte tenu des confusions de peines. Seize ans, a donc asséné le jury, convaincu par ce calcul magistral. Du pipeau ! El Shennawy est libérable vers la fin des années 2030. Il aura plus de quatre-vingts balais. C’est un métier Sarkozy serre le kiki à l’armée et toute la chefferie galonnée s’insurge. Il a pourtant raison le boss : ils ne sont pas superbons, nos pioupious. Un patron de bistrot marseillais faisait remarquer à propos du drame de Carcassonne du 29 juin : « Le sergent, il tire moulon de balles sur des gamins et il est même pas capable d’en tuer un ! Alors t’imagines sur de vrais ennemis ! » Incontinence radioactive « Un incident industriel classique »,a estimé Thierry Charles,directeur de la sûreté nucléaire, le 8 juillet,après la fuite de l’équivalent de 360 kilogrammes d’uranium d’une (...)
>>suite>>

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |

NUMEROS PRÉCÉDENTS
CQFD au quotidien
THÈMES
-Armement
-Guerres
-Chômage
-Foulard et laïcité
-Faux amis
-Genres
-Exils et expulsions
-Luttes sociales
-Médias
-Patrons
-Science contre capital
-Sécuritaire
-Musique
-Livres
-Chroniques
-A l’arrach’
-Ecologie
-Chronique carcérale
-Santé
-Dessins
-Anthologie
-Courrier des lecteurs
-Fascisme